Mary Celeste, ou l’histoire du célèbre vaisseau fantôme

« Mary Celeste » est le nom d’un brigantin américain (grand-voilier à deux mâts) qui a été retrouvé le 4 décembre 1872 au large des Açores (Portugal), tout son équipage ayant mystérieusement disparu. Surnommé le « vaisseau fantôme », son histoire suscite des interrogations encore aujourd’hui.

Car au cours de son dernier voyage, le temps était beau et elle avait un équipage expérimenté et compétent.

L’étrange histoire de la Mary Celeste

A l’origine, la Mary Celeste s’appelait « l’Amazon », elle a été construite en 1861 sur les chantiers navals de l’île Spencer en Nouvelle-Écosse, au Canada. Elle mesurait 31 mètres de long et 7,6 mètres de large, et elle a été mise en service la même année où éclata la guerre civile américaine. Mais depuis sa première mise en service jusqu’à sa mystérieuse découverte sans son équipage en 1872, la Mary Celeste a comme été frappée par une sorte de « malédiction ». Elle a en effet été impliquée dans plusieurs mésaventures et a subi de nombreux changements de propriétaire au cours de sa première décennie d’activité.

Tout d’abord, son premier capitaine, Robert McLellan, est tombé malade et est mort peu de temps après son acquisition. Puis, au cours de son voyage inaugural sous le commandement de John Parker, le navire a été gravement endommagé sur la coque en heurtant un barrage de pêche au large des côtes. Ramené aux chantiers navals pour réparation, un incendie s’est déclaré sur le site, ce qui mit fin par la même occasion au commandement de Parker. Plusieurs propriétaires se sont succédé après cet incident, sans qu’aucun d’entre eux ne réussisse jamais à faire de profit. Certains des propriétaires de la Mary Celeste ont même fait faillite.

Le navire a finalement été racheté lors d’une vente aux enchères à New York par un Américain du nom de James Winchester, pour 3000 $. Après d’importantes réparations et rénovations, l’ancienne « Amazon » changea complètement d’aspect et fut rebaptisée « Mary Celeste ».

Le dernier voyage de la Mary Celeste

En octobre 1872, la Mary Celeste a été apprêtée pour effectuer un voyage de East River, New York, à Gênes, Italie. A bord se trouvait le capitaine Benjamin Briggs (37 ans), son épouse de 30 ans, Sarah, leur enfant de 2 ans, ainsi que 7 membres d’équipage, soit un total de 10 personnes. Avant la Mary Celeste, Briggs avait déjà été capitaine de cinq navires dans sa carrière. Il était lui-même propriétaire de plusieurs navires et avait passé une grande partie de sa vie en mer. Autant dire qu’il ne manquait donc pas d’expérience.

Le navire quitta New York le 7 novembre 1872 avec une cargaison de 1701 barils d’alcool commercial brut d’une valeur d’environ 35 000 $. C’est la dernière fois que le navire sera vu avec son équipage, car environ un mois plus tard, le 4 décembre 1872, il sera retrouvé par un navire de l’Empire britannique, le Dei Gratia, au large des côtes du Portugal. Il n’y avait plus personne à bord !

L’étrange découverte suscita beaucoup d’interrogation, car la mer était clémente et le navire contenait environ 6 mois de nourriture et d’eau. Chose encore plus étrange, tout semblait intact sur le navire, même les effets personnels, y compris les objets de valeur, de l’équipage. Bien entendu cela donna lieu à de nombreuses théories et spéculations.

Les théories entourant le mystère de la Mary Celeste

Certains ont supposé que la Mary Celeste avait été attaquée par des pirates nord-africains qui opéraient dans cette région à l’époque. D’autres pensent plutôt que c’est l’équipage du navire Dei Gratia (qui a découvert la Mary Celeste) qui aurait assassiné tous les passagers et inventé cette histoire de « vaisseau fantôme ».  Une autre théorie est que le navire aurait été frappé par un violent orage qui a projeté tout l’équipage par-dessus bord.

Cependant, l’une des théories les plus plausibles est celle d’une possible explosion à bord qui aurait forcé l’équipage de la Mary Celeste à abandonner le navire. C’est la théorie émise par le propriétaire de la Mary Celeste lui-même, James Winchester. Cette théorie s’appuie sur le fait que neuf barils d’alcool ont été trouvés vides sur le navire, et ils avaient la particularité d’être en chêne rouge (au lieu d’être en chêne blanc comme les autres). Les chênes rouges étant généralement plus poreux, la friction des bandes d’acier des barils aurait pu provoquer une étincelle à l’origine de l’explosion.

Toutefois, aucune de ces théories n’explique complètement les circonstances de cette étrange disparition. L’histoire de la Mary Celeste reste encore à ce jour l’un des plus grands mystères de l’océan.

Mots-clés insolite