Clicky

Mésopotamie : une tombe de 5000 ans a été découverte

L’excavation d’un site funéraire datant de l’âge du bronze dans le sud-est de la Turquie a mis au jour les tombes de plusieurs jeunes. Les archéologues pensent qu’il pourrait s’agir là du premier site de sacrifice d’enfants dans la région.

Haluk Sağlamtimur de l’université Ege de Turquie et Brenna Hassett du Natural History Museum de Londres ont supervisé la fouille du site de Başur Höyük vieux de 5 000 ans, dans la province de Siirt, au sud-est de la Turquie.

Des sacrifices humains pour accompagner des morts

Dans de grandes tombes en forme de cercueil, les chercheurs ont identifié les restes de 11 garçons et filles âgés de 11 à 20 ans, dont deux de 12 ans, et un jeune adulte dont les restes pourraient provenir d’une sépulture antérieure.

Sağlamtimur et Hassett croient que les jeunes ont peut-être été sacrifiés, en raison de traces de traumatisme brutal sur plusieurs squelettes et la horde de richesses enterrées avec eux. Des textiles, des perles, des céramiques et des centaines de fers de lance en bronze ont été trouvés dans et autour de la tombe. Les enfants sacrifiés pourraient avoir été des « serviteurs », des personnes choisies pour accompagner et servir les morts dans l’au-delà.

« Les sépultures sont remarquables en raison de la jeunesse des individus, du nombre de personnes qui ont été enterrées et de la grande valeur des objets qui ont été enterrés avec eux », a déclaré Hassett. « Les femmes et les enfants en Mésopotamie étaient parfois enterrés avec des objets funéraires, mais il s’agissait normalement d’effets personnels. »

« Il est peu probable que ces enfants et jeunes gens aient été tués dans un massacre ou un conflit : le positionnement soigneux des corps et les preuves de mort violente suggèrent que ces sépultures correspondent au même schéma de sacrifice humain vu dans d’autres sites de la région », affirme Hassett.

Des mystères encore à élucider

En raison de la mauvaise conservation de la chambre funéraire, Hassett et Sağlamtimur n’ont pu cependant que supposer la cause des décès. Ils ont supposé que certains des morts ont pu être tués par des blessures dans des parties charnues du corps, ce qui ne laisserait pas de traces durables sur les restes.

Le site de Başur Höyük contient des restes de personnes enterrées entre 3100 et 2800 avant notre ère. On pense que le site a 500 ans de plus que le cimetière royal d’Ur, qui contient des tombes élaborées où les souverains mésopotamiens ont été enterrés.

Mots-clés archéologie