MeTro, le pansement du futur

Les nouvelles avancées technologiques ne cesseront définitivement jamais de nous étonner. La dernière nouveauté en date ? MeTro, une colle chirurgicale, élastique et adhésive capable de panser les plaies internes en l’espace de 60 secondes. Avec ce nouveau pansement, plus besoin d’agrafes ni de points de suture.

Ce pansement du futur a été mis au point par des ingénieurs biomédicaux américains et de l’Université de Sydney en Australie. Une publication des résultats de ces recherches est parue le 05 octobre 2017.

MeTro

D’après le biochimiste Anthony Weiss, ce pansement doit son nom à une protéine élastique naturelle qui intervient dans sa composition.

Une colle adhésive efficace

La création de ce pansement relève du pur génie. Les éléments qui composent cette colle chirurgicale ont été réfléchis pour lui donner son élasticité, assurer son activation et se charger de son élimination dans l’organisme. Des protéines jouent un rôle dans l’élasticité de ce pansement.

Les scientifiques ont aussi fait appel à des molécules photosensibles pour permettre à MeTro de s’activer en 60 secondes au contact des UV. Pour finir, sa dégradation dans l’organisme se fait grâce à des enzymes qui peuvent être modifiés selon la durée d’étanchéité souhaitée. L’élimination de MeTro peut aller de quelques heures à quelques mois.

Tous ces composants ont permis d’obtenir ce pansement innovant qui se présente sous la forme de gel liquide se solidifiant au contact des tissus à panser. Dès qu’il se durcit, MeTro remplit la plaie et se marie parfaitement à sa forme.

Un pansement, plusieurs usages

L’utilisation de MeTro ne se limite pas uniquement au traitement des blessures internes graves en cas d’accidents de voiture, de catastrophes naturelles ou de guerres.

Cette colle adhésive peut aussi aider à améliorer les interventions chirurgicales. Son élasticité permet de soigner des plaies internes d’organes tels que le cœur, le poumon ou les artères qui se dilatent et se détendent en permanence.

Pour l’instant, les tests n’ont été effectués que sur des rongeurs et des porcs mais le professeur Khademhosseini de la Harvard Medical School se veut encourageant. Selon lui, « MeTro semble rester stable pendant la guérison des blessures, et ce, dans des conditions mécaniques exigeantes. La colle se dégrade sans aucun signe de toxicité. »

On attend donc les résultats des tests réalisés sur l’homme.

Mots-clés médecinesanté