Clicky

Mexique : la cité perdue serait plus grande que prévue

Des archéologues ont découvert les traces d’une « cité perdue » nommée Angamuco dans l’ouest du Mexique. Étendue sur une superficie de 26 kilomètres carrés, la zone est aujourd’hui couverte d’une immense forêt dense. La ville aurait été habitée par les Purépecha, rivaux à la civilisation aztèque contemporaine. Selon les chercheurs, elle abritait près de quarante-mille bâtiments, soit l’équivalent du nombre de bâtiments à Manhattan.

L’équipe a été dirigée par Chris Fisher l’archéologue de Colorado State University. Les archéologues ont utilisé l’instrument LIDAR (« laser » et « radar ») pour scruter ce que cachent les végétations. Jusque-là, ces dernières ont empêché les scientifiques d’explorer cette région de l’État mexicain de Michoacan.

Cité perdue Mexique

LIDAR a permis aux scientifiques de cartographier la zone depuis 2009. Jusqu’ici, ils ont réussi à représenter trente-cinq kilomètres carrés. Les détails sur l’étude ont été présentés lors de la réunion annuelle de l’AAS.

Une zone immense avec beaucoup de monde

« C’est une zone immense avec beaucoup de monde et beaucoup de fondations architecturales qui sont représentées », a déclaré Fisher au Guardian. « Si vous faites le calcul, tout d’un coup, vous parlez de 40 000 fondations de bâtiment là-haut, qui est [environ] le même nombre de fondations de bâtiments qui se trouvent sur l’île de Manhattan », a-t-il poursuivi.

À son apogée, cette civilisation aurait été constituée d’environ cent-mille personnes.

Dans la ville, il y avait des infrastructures comme des routes, des pyramides, des espaces verts, des terrains de balle et des cimetières.

Un des aspects intrigants de cette cité est que les temples et les places ouvertes y sont installés sur huit endroits situés dans la périphérie. D’habitude, de tels monuments sont disposés au centre.

Nécessité de mises à jour régulières

Par ailleurs, l’instrument LIDAR a été d’une aide précieuse pour les chercheurs. L’outil est capable de pénétrer le feuillage et l’eau, et de fournir des représentations en 3D. « Partout où vous pointez l’instrument lidar, vous trouvez de nouvelles choses », a affirmé le chercheur.

« Nous savons si peu à propos de l’univers archéologique dans les Amériques en ce moment. En ce moment, tous les manuels doivent être réécrits, et deux ans à partir de maintenant, ils sont amenés à être réécrits à nouveau », a-t-il ajouté.

Crédits Image : Chris Fisher

Mots-clés archéologiemexique