MH370 : une nouvelle étude pour localiser l’endroit où s’est abîmé l’avion

s https://www.futura-sciences.com/sciences/breves/aeronautique-site-probable-crash-mh370-propose-nouvelle-etude-650/ et https://aip.scitation.org/doi/full/10.1063/1.5092132

// Pti dossier si tu as assez de matière.

Disparu des radars le 8 mars 2014, le vol MH370 de Malaysia Airlines n’a toujours pas été retrouvé en dépit des incessantes recherches effectuées.

Mais une nouvelle étude, basée sur les courants océaniques et les débris retrouvés du vol, conclut que le vol MH370 s’est vraisemblablement crashé quelque part dans l’océan Indien au niveau du 25e parallèle sud, au nord de la zone où la plupart des recherches sous-marines ont été effectuées.

avion

Crédits Pixabay

La mystérieuse disparition du vol MH370

Le vol 370 Malaysia Airlines (code AITA : MH370) transportait 239 personnes dont une majorité de ressortissants chinois.

L’appareil, un Boeing 777-200ER, assurait un vol international régulier reliant Kuala Lumpur à Pékin. C’est en effectuant ce trajet qu’il a disparu mystérieusement des radars le 8 mars 2014, et jusque là il reste introuvable. L’avion ayant été détecté pour la dernière fois par des satellites dans le sud de l’océan Indien, les autorités malaisiennes pensent que c’est là que l’appareil s’est accidentellement abîmé.

Le dernier endroit où le vol MH370 a été repéré montre toutefois qu’il a eu un énorme écart du plan de vol initial, ce que les enquêteurs n’arrivent pas encore à s’expliquer. Toutes les recherches conduites jusqu’en 2018 se sont révélées infructueuses, et l’incident reste à ce jour le plus grand mystère de l’histoire de l’aviation civile.

Mais une nouvelle  étude pense avoir trouvé l’endroit où l’avion s’est crashé, et ce n’est pas là où la majorité des recherches ont été effectuées.

Une nouvelle zone de recherche très prometteuse

Pour déterminer le lieu du crash du vol 370 Malaysia Airlines, l’équipe de chercheurs conduite par des océanographes de l’université de Miami, s’est focalisée sur la trajectoire des débris de l’appareil découverts à Madagascar, à Maurice, à La Réunion, ainsi que sur les côtes est de l’Afrique (Mozambique, Tanzanie et Afrique du Sud). L’étude a pris en compte la localisation des débris, le temps qu’il a fallu pour qu’ils s’échouent après le crash, les conditions océaniques (y compris l’influence de la mousson), ainsi que la trajectoire des bouées de la National Oceanic and Atmospheric Administration(NOAA), qui ont emprunté un chemin très similaire à celui des débris.

En s’appuyant sur tous ces éléments, les chercheurs ont pu délimiter une zone située sur l’arc de cercle qui avait été dessiné à partir des données d’Inmarsat quelques jours après le drame.

La zone se trouve quelque part dans l’océan Indien au niveau du 25e parallèle sud, au nord de la zone où la plupart des recherches sous-marines ont été effectuées. Les chercheurs précisent que leur estimation est cohérente avec des estimations faites antérieurement. Reste maintenant à effectuer des recherches sous-marines plus poussées à cet endroit et peut être à retrouver enfin l’épave du Boeing 777-200ER.