Mia Khalifa Porn Game ou lorsqu’une copine virtuelle vous vole tous vos mots de passe

On ne vous le répétera jamais assez : quand vous surfez sur le web, restez sur vos gardes et abstenez-vous de cliquer sur des liens qui vous paraissent louches, car la toile grouille de sites malveillants qui n’attendent qu’un clic de votre part pour vous soutirer vos données personnelles.

Le dernier en date est le site qui hébergeait une application érotique répondant au doux nom de Mia Khalifa Porn Game. Pour les habitués de films pour adulte, le nom de cette actrice porno n’est plus étranger, ce qui explique peut-être pourquoi les créateurs de ce jeu érotique l’ont choisi pour attirer les internautes.

Facepalm

Malheureusement pour ceux qui s’attendaient à jouer à un partenaire virtuel coquin en téléchargeant cette application, il s’agirait en fait d’un logiciel malveillant conçu pour voler les données personnelles des internautes.

Un logiciel qui vole les mots de passe

L’existence de ce logiciel malveillant a été découverte par les chercheurs en sécurité de Trend Micro. D’après les experts en cybersécurité, le logiciel espion utilisé par le jeu Mia Khalifa Porn Game fait partie d’une famille de malware appelée Maikspy. Ce programme serait capable de voler les données personnelles des internautes notamment les mots de passe et les messages de certaines applications.

Selon les chercheurs en sécurité de Trend Micro, ce logiciel espion soutirerait les données privées des utilisateurs de Windows et d’Android. En installant le jeu érotique sur leurs terminaux, les internautes donnaient, sans le savoir, libre accès à leurs données personnelles.

Mia Khalifa Porn Game devient Virtual Girlfriend

D’après Trend Micro, le jeu connu à ses débuts sous l’appellation Mia Khalifa Porn Game a été rebaptisé Virtual Girlfriend en janvier 2018. Malgré ce changement de nom, le procédé utilisait par le logiciel malveillant reste toujours le même. Après que celui-ci ait été installé sur le smartphone de l’utilisateur, il affichait un message d’erreur et prétendait s’effacer de lui-même.

Toutefois, cela n’est qu’un leurre, car l’application continuait à travailler en arrière-plan sans que l’utilisateur le sache. Le logiciel en profite pour voler les numéros de téléphone, les mots de passe des comptes et les messages du smartphone pour les transférer sur des serveurs malveillants.

À l’heure actuelle, personne ne sait qui se cache derrière ce malware qui continue encore de sévir.

Mots-clés sécurité