Clicky

Microsoft devient un membre Platinium de Linux Foundation

Ce n’est pas une plaisanterie. Aussi étrange que cela paraisse, Jim Zemlin, directeur exécutif de la Linux Foundation, a bel et bien accueilli Microsoft en tant que membre au sein de l’organisation. Personne n’aurait pu imaginer que le lien entre les deux parties allait prendre une telle tournure à en juger par leur relation dix ans plus tôt.

John Gossman, un dirigeant de Microsoft et un architecte de l’équipe Azure, fera désormais partie des personnes haut placées du comité de direction de Linux. Encore plus paradoxal : la firme de Redmond deviendra un membre « Platinium » de l’organisation.

Microsoft Linux Foundation

Microsoft et Linux marchent désormais main dans la main.

Après des années de rivalité, les deux parties auraient vraiment décidé de remplacer les armes à feu par des bouquets de fleurs ?

Une nouvelle vision chez Micosoft

Cette décision qui paraît invraisemblable est bel et bien la réalité. Si on observe bien le cours des événements, elle est plutôt logique et probable. Actuellement, Microsoft se donne à fond sur son projet Cloud et l’investissement dans l’Open Source. Linux sera alors pour lui une stratégie pour faire face à la concurrence, mais pas que.

Après avoir remarqué que ses clients utilisent Linux fréquemment, Satya Nadella, le PDG du groupe américain, a pris la décision de les satisfaire au maximum. Pendant la conférence Linux Con, Wim Coekaerts a également ajouté : « Nous voulons qu’ils soient satisfaits. Nous devons jouer dans un monde ouvert et hétérogène. »

Une ouverture stratégique

Après tous ces faits, l’époque où Steve Ballmer, ancien PDG de Microsoft, a qualifié Linux de cancer semble bien éloignée. Depuis que le PDG actuel a pris les rênes, Microsoft semble devenir un peu plus ouvert. Par ailleurs, la marque s’est tournée progressivement vers la culture open source depuis un bout de temps.

Si Microsoft a changé de cap, c’est parce qu’il est soumis à des contraintes liées aux événements et aux changements au niveau du marché. Cette collaboration s’agit donc d’une stratégie pragmatique pour assurer le développement du Cloud.

Finalement, « Microsoft a grandi » conclut Jim Zemlin. Il faut reconnaître que le géant IT n’a plus le monopole qu’il avait d’il y a 10 ans. De plus, la société a du retard sur certains domaines et pour se rattraper, elle a besoin de s’ouvrir aux autres.

Mots-clés linuxmicrosoft

Share this post

Andy

Rédacteur web passionné de NTIC, sportif et à ce que l'on dit, un bon vivant !