Microsoft installe ses premiers centres de calcul cloud en Afrique

Après ses concurrents, Microsoft installe ses premiers datacenters sur le continent africain. L’objectif, dans cette initiative, est notamment de mieux aider les utilisateurs d’Azure, d’Office 365 et de Dynamics 365. La firme de Redmond a choisi des serveurs en Afrique du Sud, dans les villes de Cap Town et Johannesburg, pour accueillir ses centres de calcul cloud. Ce projet lui permettra d’avoir une longueur d’avance sur Amazon Web Services (AWS) et Google.

Les premiers datacenters de Microsoft implantés sur le continent africain seront disponibles à partir de 2018. Ils permettront à ses clients de profiter d’une latence réduite. Ainsi, les entreprises africaines n’auront plus à faire parvenir leurs données vers des serveurs éloignés. Mieux, elles auront accès aux ressources locales.

Microsoft Datacenter

L’éditeur propose déjà ses services cloud dans plusieurs régions du monde. Ceux-ci sont déjà disponibles en Amérique du Nord, en Europe, en Asie, en Austrasie et en Amérique latine.

Un cloud pour le bien mondial

Scott Guthrie est le vice-président exécutif pour le cloud de la firme. « Cette annonce nous amène à 40 régions cloud dans le monde entier – plus que tout autre fournisseur de cloud – et aide les organisations et personnes du Caire à Cap Town à accélérer leur voyage vers le cloud computing », a-t-il expliqué.

Pour le haut responsable, « Ces nouvelles régions Microsoft Cloud offriront une fiabilité et une performance de qualité, combinées à la résidence de données ». « Ce nouvel investissement est également une étape majeure dans notre mission de permettre à chaque personne et chaque organisation de la planète à réaliser davantage, il s’agit là dune partie de nos efforts continus pour créer un cloud pour le bien mondial », a-t-il ajouté.

Créer de nouvelles applications innovantes

« Nous sommes ravis de constater l’augmentation de la demande des services de cloud en Afrique, qui ont la capacité de devenir un accélérateur économique », a souligné Scott Guthrie.

« Avec des services de cloud qui vont de la collaboration intelligente à l’analyse prédictive, les solutions de Cloud Microsoft fournies depuis l’Afrique permettront aux développeurs de créer de nouvelles applications innovantes, aux clients de transformer les entreprises, et aux gouvernements de mieux répondre aux besoins des citoyens. », a-t-il poursuivi.

De son côté, Brenda Niehaus, DSI chez Standard Bank, loue le groupe pour avoir pris l’initiative. « Nous saluons l’investissement de Microsoft dans les services de cloud en Afrique. Le groupe Standard Bank s’appuie déjà sur ces technologies pour assurer une expérience fluide à ses clients ».

Mots-clés microsoft