Microsoft voit le futur du stockage informatique dans l’ADN !

Sans cette molécule encore mystérieuse, nous ne vivrions pas, ces billets que vous lisez et aimez tant sur Fredzone n’existeraient pas… L’ADN (Acide Désoxyribos Nucléique) est essentiel à notre existence bien plus qu’on ne le croirait, et les firmes technologiques s’y intéressent de plus en plus, compte tenu de ses capacités de stockage et de conservation quasiment incalculables.

En effet, selon une source très sérieuse, Microsoft serait intéressé par le développement d’une technique de stockage de données numériques sur de l’ADN et aurait même déjà commencé à recruter et investir dans ce sens.

ADN Microsoft

Microsoft envisagerait-il d’utiliser de l’ADN pour stocker des données ?

La firme de Redmond aurait semble-t-il, fait l’acquisition de brins d’ADN pour la « modique » et rondelette somme de 10 millions de dollars. Le géant américain entend être dans un futur proche un pionnier dans le domaine de la conservation des données sur de l’ADN.

2000 ans de capacité de conservation

Pour nous recadrer un peu dans le contexte, nous rappelons que Redmond ne s’aventure jamais ou presque, dans un chantier irréalisable. En effet, compte tenu de sa taille déjà très dérisoire, de son architecture tridimensionnelle complexe, l’ADN est en mesure de stocker des données pendant 2000 ans, et c’est justement ce point qui attire Microsoft, qui se projette déjà dans le futur.

Second rappel, il est avéré scientifiquement qu’un gramme d’ADN humain, est en mesure de stocker jusqu’à un million de million de gigaoctets de données, soit environ 300.000 téraoctets de données pour un seul brin de cette molécule. Et imaginer que Microsoft en a acheté pour 10 millions l’on se demande quelle quantité de données le géant de Seattle veut réellement conserver.

Qu’à cela ne tienne, la firme de Satya Nadella vient de signer un partenariat avec Twist Bioscience, dans l’optique de mener des travaux de recherche visant à trouver des voies et moyens de faciliter l’insertion et le stockage de données au sein de l’ADN.

« Notre plateforme de synthèse d’ADN à base de silicium offre le moyen d’accélérer considérablement la capacité d’écrire l’ADN permettant de stocker des données. Nous sommes ravis de travailler avec Microsoft, et les chercheurs de l’Université de Washington, pour relever le défi croissant du stockage des données numériques […] » Conclut Emily M. Leproust, CEO de Twist Bioscience.

Source  | CBS News

Mots-clés adnmicrosoft