Mission Microscope : un nouveau retard à cause de la météo

Initialement prévu pour le 22 avril, le lancement de la mission Microscope a été reporté une première fois à cause de mauvaises conditions météo. Il devait donc avoir lieu hier soir, autour de 23 heures. Le CNES et ArianeSpace finalement décidé de le reporter une nouvelle fois pour les mêmes raisons. Si tout se passe, bien, le lancement de la fusée devrait donc avoir lieu ce dimanche, en fin de soirée.

Comme la fois précédente, le centre a été obligé de prendre cette décision à cause des vents soufflant sur la région. En cas d’accident, les débris de la fusée pourraient effectivement retomber sur une ville située à proximité de la zone de lancement.

Mission Microscope

Le lancement de la mission Microscope est encore repoussé de 24 heures.

Les organisateurs de la mission ne souhaitaient pas prendre un tel risque et ils ont donc préféré repoussé le lancement de la fusée de quelques heures.

Le lancement est prévu ce dimanche à 23h02 heure de Paris

Si les conditions météo le permettent, la fusée Soyouz STA Fregat-M devrait donc décoller de la Guyane ce dimanche, à 23h02. L’événement sera retransmis en direct sur le site du CNES à partir de 22h42 et il suffira de vous rendre à cette adresse pour assister au lancement de cette mission particulièrement ambitieuse.

La mission Microscope a en effet pour but de tester le principe d’équivalence décrit par Einstein dans sa théorie sur la relativité, un principe qui a été évoqué pour la première fois par Galilée au 17ème siècle.

Si vous n’êtes pas familier de la chose, alors sachez que le principe d’équivalence indique que tous les objets sont soumis à la même force gravitationnelle, et ce quel que soit leur poids. Si vous lâchez une boule de pétanque et une balle en mousse du toit d’un immeuble, elles toucheront donc le sol au même moment.

De nombreux scientifiques ont cherché à valider le principe d’équivalence en procédant à diverses expérimentations. Pour le moment, tous les tests menés ont validé la théorie d’Einstein à un degré de précision de 10-13 mais le CNES souhaite aller un peu plus loin et c’est précisément ce qui l’a poussé à travailler sur la mission Microscope.

Le CNES contre Einstein, round 1

Le centre a donc placé en orbite deux accéléromètres différentiels comprenant en tout pas moins de quatre masses concentriques : une en titane et trois en platine.

Lorsque tout sera prêt, ces objets seront placés au dessus de notre planète. Des capteurs évalueront alors leur vitesse à un niveau de précision de 10-15 pour déterminer si Einstein a vu juste.

Et si ce n’est pas le cas, alors c’est toute notre vision de l’univers qui pourrait changer. Car en effet, si le principe d’équivalence ne se vérifie pas, alors cela veut aussi dire que la théorie sur la relativité d’Einstein est perfectible.