342 jours en orbite, dans la Station Spatiale Internationale

Mikhaïl Kornienko, 54 ans, et Scott Kelly, 51 ans, ont quitté la belle bleue vendredi dernier, pour se rendre à la Station Spatiale Internationale et entamer par la même occasion une mission sans précédent. Ils vont effectivement rester en orbite pendant 342 jours consécutifs, battant par la même occasion tous les records précédents.

Tous, à l’exception de celui détenu par le russe Valeri Poliakov, qui était resté 14 mois à bord de la station spatiale Mir au début des années 90.

ISS

Deux astronautes vont passer presque un an dans l’espace, dans la Station Spatiale Internationale.

Cette mission va permettre à la NASA de collecter des données biomédicales sur les effets à long terme de l’espace sur l’organisme. Elles aideront l’agence à mieux préparer les voyages spatiaux de longue durée.

Le gouvernement américain veut envoyer des astronautes sur Mars

Le gouvernement américain a effectivement pour projet de se lancer à la conquête des autres planètes du système solaire, et plus précisément de la planète Mars. Il envisage même d’envoyer des astronautes sur place en 2030 mais il a besoin d’un maximum de données pour déterminer la viabilité de ce projet.

Charles Bolden, le patron de la NASA, a donc décidé de lancer cette expérience insolite.

Au terme de l’expérience, Scott Kelly deviendra l’américain qui est resté le plus longtemps en orbite.

Il n’a pas été sélectionné au hasard par l’agence. Scott Kelly a effectivement un frère jumeau, Mark, qui servira de référence et qui permettra de mettre en perspective toutes les données obtenues durant la mission.

Le plus ironique, dans l’histoire, c’est que ce séjour passé à bord de la Station Spatiale Internationale va avoir au moins une conséquence sur l’organisme de Scott. Lorsqu’il reviendra sur la terre ferme, il sera effectivement plus jeune que son frère.

Selon Quartz, sa mission lui permettra ainsi de gagner un peu moins d’un centième de seconde.

Comment est-ce possible ? Grâce à  la dilatation des durées, qui est elle-même liée à la théorie de la relativité d’Albert Einstein. Un phénomène largement abordé dans le film Interstellar.

Notez pour finir que la diminution de la gravité peut avoir de lourdes conséquences sur l’organisme. Elle peut même provoquer des problèmes osseux ou musculaires importants.

Le corps humain n’est visiblement pas fait pour voyager dans l’espace, mais il viendra sans doute un jour où nous trouverons la clé qui nous permettra de nous affranchir de toutes ces limitations. La pesanteur artificielle est d’ailleurs une des pistes envisagées par les agences spatiales mais elle est difficile à mettre en place à l’échelle d’une station dont la taille n’excède pas celle d’un petit appartement.