Momo Challenge : les écoles brésiliennes mettent en garde les parents

Le Momo Challenge semble être pris très au sérieux par le système éducatif brésilien. Plusieurs écoles ont en effet envoyé des communiqués aux parents afin de les mettre en garde de l’extrême dangerosité du défi. En parallèle, une plainte a été déposée par les membres d’une famille.

D’après les informations de la presse locale, au moins deux écoles auraient pris l’initiative d’envoyer des messages aux parents des enfants scolarisés chez eux afin de les mettre en garde contre Momo.

Momo WhatsApp

Le Salesiana Brasil de Escolas (un réseau de plusieurs écoles) de Brasilia et le Colegio Motivo de Recife auraient en effet mis en garde les parents contre les défis dangereux circulant sur les réseaux sociaux.

Momo Challenge : des écoles brésiliennes tirent l’alarme

Momo aurait en outre été explicitement cité, ce qui n’a rien de surprenant compte tenu du contexte actuel.

Ce challenge est apparu pour la première fois au début de l’été. Il prend la forme d’une série de messages menaçants envoyés sur WhatsApp par une créature au visage cauchemardesque. Des messages ciblant exclusivement les enfants ou les adolescents et leur demandant de suivre des instructions précises à la lettre sous peine de représailles.

Le Momo Challenge partagerait bon nombre de points communs avec le Blue Whale Challenge. Comme lui, le défi consisterait en réalité en une succession de missions de plus en plus dangereuses, des missions conduisant au suicide de la personne ciblée par la campagne.

L’enquête est toujours en cours, mais la police argentine a établi un parallèle entre ce défi et la mort d’une fillette de 12 ans au début du mois. En fouillant sur le téléphone de cette dernière, les enquêteurs ont en effet trouvé plusieurs messages envoyés par Momo.

En conséquence, le Salesiana Brasil de Escolas et le Colegion Motivo ont tous les deux publié un communiqué incitant les parents et tuteurs légaux à faire preuve de prudence. Les établissements leur conseillent notamment de surveiller leurs enfants, mais aussi de dialoguer avec eux afin d’éviter de nouveaux drames.

Une nouvelle victime ?

En parallèle, six personnes appartenant à la même famille ont déposé une plainte devant la police de Paraiba, une ville située au Brésil.

Ils prétendent avoir tous reçu des messages de Momo, des messages versant allègrement dans la menace de mort. Plus étrange, d’après leur témoignage, le numéro de l’expéditeur de ces messages serait impossible à bloquer avec l’application.

La police semble prendre ces menaces très au sérieux. Elle a demandé l’ouverture d’une enquête. La prudence est de mise, mais les autorités pensent aussi que Momo serait à l’origine de la mort d’un petit garçon de neuf ans dans le district de Cordeiro.

L’enfant a été retrouvé pendu et sa mère a déclaré qu’il avait été pris pour cible par la fausse créature.

Il faut en effet rappeler que Momo n’a rien d’un monstre. En réalité, il s’agit d’une sculpture exposée à Tokyo.

Mots-clés whatsapp