Momo n’est pas le seul monstre sur WhatsApp

Momo n’est pas le seul monstre à traîner ses guêtres numériques sur WhatsApp. Olivia n’a en effet rien à lui envier et si la méthode diffère, elle représente elle aussi un risque pour les publics les plus fragiles.

Momo a commencé à faire parler de lui à la fin du mois de juillet, lorsque plusieurs adolescents ont reçu sur WhatsApp un message en provenance d’une créature monstrueuse et menaçante. Loin d’être un canon de beauté, Momo donnait en effet l’impression de sortir tout droit d’un film d’horreur.

Facepalm

Beaucoup ont cru à une simple plaisanterie, mais la situation a pris une toute nouvelle tournure en août lorsqu’un enfant a mis fin à ses jours après avoir été harcelé par la créature.

Olivia, une nouvelle amie qui ne vous veut pas forcément du bien

Le Momo Challenge présente en effet de nombreux points communs avec le terrifiant Blue Whale Challenge. Les enfants contactés sont ainsi dans l’obligation de suivre les instructions de la créature sous peine de terribles et irrémédiables représailles.

Pour commencer, Momo leur donne des défis assez faciles à remplir, mais la partie se corse progressivement à mesure que le temps passe et les participants finissent par être poussés au suicide.

Le défi en question ne se limite d’ailleurs pas à l’Amérique Latine. Momo a aussi posé ses valises en Europe, et notamment en France.

Momo n’est cependant pas la seule menace sur WhatsApp. La police de Halton Brook a en effet publié une alerte au début du mois afin de prévenir les parents de l’existence d’une nouvelle menace : Olivia.

Cette fois, la méthode est un peu différente. La cible reçoit un premier message d’une certaine Olivia. Elle indique que son numéro de téléphone a changé et elle encourage le destinataire du message à ajouter son nouveau numéro à ses contacts. Passé quelques échanges, Olivia propose à sa cible de lui envoyer une photo d’elle et d’une amie, une photo censée se trouver sur un service externe, accessible par le biais d’un lien.

La police tire la sonnette d’alarme

Sauf que le lien en question ne renvoie pas vers une photo anodine, mais vers du contenu pornographique.

Et tout le problème est là puisque cette charmante Olivia vise uniquement des personnes mineures. C’est précisément ce qui a poussé la police de Halton Brook à tirer la sonnette d’alarme.

Si cette nouvelle campagne semble au premier abord moins dangereuse que le Momo Challenge, elle prouve une fois de plus que les enfants ne peuvent pas être laissés sans surveillance sur les réseaux sociaux. Il est donc impératif pour les parents de rester vigilant et de discuter avec leurs enfants pour les informer de tous les dangers inhérents à ce type de plateforme.

Mots-clés whatsapp