Clicky

Montauban : un élu a publié une blague sexiste sur Facebook

Les blagues c’est bien, mais certainement pas lorsqu’elles sont sexistes et qu’elles viennent de surcroît d’un représentant de l’autorité. C’est pourtant ce qu’a fait le maire adjoint de Montauban, commune française, chef-lieu du département de Tarn-et-Garonne situé dans la région Occitanie.

Une blague de mauvais goût qui a poussé le parti communiste du Tarn-et-Garonne a réclamé la démission de l’élu.

Facebook

L’adjoint au maire de Montauban, Philippe Masan, a en effet posté un message sexiste (censé être une blague) sur sa page Facebook.

Un élu pas du tout sympa avec la gent féminine

Le message disait : « En chaque femme, il y a quelque chose de bien mais je dois l’introduire moi-même. »

Eh oui, vous avez bien lu ! Évidemment, le message n’est pas passé inaperçu et a fait réagir beaucoup de monde, y compris le parti communiste du Tarn-et-Garonne qui a aussitôt demandé la démission de l’élu.

Et comme si ses propos n’étaient pas suffisamment choquants, M. Philippe Masan s’est enfoncé davantage lorsqu’il a été contacté par France 3 Occitanie qui a révélé l’information. Pour tenter de se défendre, l’élu a en effet déclaré :

« C’est une citation. La phrase est entre guillemets. Sexiste moi ? À la maison, j’ai une femme, deux filles, deux chattes et 20 poules. Je n’ai que des femelles à la maison. Alors sexiste. »

Pas question de s’excuser…

Bien entendu, Philippe Masan a refusé de présenter ses excuses, estimant n’avoir rien dit ou fait de mal :

« Je ne vais pas m’excuser. Je n’ai rien fait de mal. Je n’ai pas violé des enfants. Pour moi Facebook est un espace de liberté et d’expression où l’on peut rire et s’exprimer. Ce n’est pas le cas pour tout le monde et je le regrette. Je suis offensé. Je suis blessé », a-t-il déclaré.

Le message originel de Masan a depuis été supprimé de Facebook. Mais une capture d’écran du message a été récupérée par Thomas Portes, porte-parole du parti communiste local, qui l’a publié à son tour sur sa page Facebook, en demandant  au maire de Montauban, Brigitte Barèges, de « prendre ses responsabilités dans les plus brefs délais », c’est-à-dire de démissionner son adjoint !

Une démission sur laquelle il ne faudra pas trop compter

Le problème, comme le souligne la chaîne locale, c’est que d’un point de vue juridique un maire ne peut pas démissionner son adjoint. C’est l’élu local lui-même qui doit présenter sa démission sous la forme d’une lettre adressée à la préfecture du département.

Pas sûr cependant que notre adjoint au maire soit prêt à quitter son poste pour « une citation », comme il le dit lui-même !

Mots-clés facebookweb