Mozilla change finalement d’avis sur Thunderbird

Il y a de cela un an et demi, la fondation Mozilla a annoncé son intention de se séparer de Thunderbird, le célèbre client de messagerie. L’idée était de le confier à un tiers. Finalement, le groupe a changé d’avis et il a ainsi décidé de poursuivre le développement du programme. Les deux entités ont déjà trouvé un compromis en ce qui concerne la structure de contrôle de développement du logiciel à adopter. Elles envisagent toutefois d’établir des accords d’aménagement.

L’entente qui a été conclue entre les deux sociétés stipule en effet qu’elles ont l’obligation de collaborer intelligemment. Elles sont censées travailler de concert tout en maintenant des relations amicales. Par ailleurs, le transfert des responsabilités et des capacités vers le conseil de Thunderbird devra s’exécuter en toute transparence et rapidement.

Mozilla Thunderbird

Quoi qu’il en soit, Mozilla s’est gardé le droit de rompre définitivement le lien, à tout moment. Il lui faudra simplement poser un préavis de six mois.

Une relation claire

Aussi bien Mozilla que Thunderbird pourraient profiter de la relation qu’ils entretiennent. Pour la fondation, il s’agira de s’appuyer sur un réseau de développeurs vaste et actif. Thunderbird, pour sa part, pourra profiter du soutien de Mozilla. En outre, d’après cette dernière, Firefox devrait subir des améliorations significatives sur le plan technique dans un avenir proche, des modifications qui auront un impact sur Thunderbird car les deux programmes sont fondés sur les mêmes bases.

Philipp Kewisch est le nom de celui qui était chargé de relayer les conclusions de Mozilla.  « Tant que Thunderbird ne ralentit pas le développement de Firefox, il ne paraît pas y avoir d’obstacle significatif pour prolonger leur coexistence », a-t-il affirmé.

Toutefois, une éventuelle rupture ne serait pas une fatalité pour Thunderbird qui séduit actuellement vingt-cinq-millions d’utilisateurs.

Thunderbird restera sur Gecko… pour le moment

L’année dernière, le client de messagerie avait deux prétendants : la Software Freedom Conservancy (le gestionnaire de Git, Wine, phpMyAdmin ou encore d’Inkscape), et la Document Fondation, l’éditeur de LibreOffice.

Cependant, suite à cette récente décision de Mozilla, son avenir est mieux tracé.

« Thunderbird restera une application basée sur Gecko au moins jusqu’à moyen terme, mais bon nombre des technologies utilisées par Thunderbird au travers cette plateforme ne seront plus supportées un jour », explique la fondation. « Le plan à long terme consiste à migrer notre code vers les technologies web, mais cela prendra du temps, du personnel et de la planification », précise Mozilla.

Mots-clés mozillathunderbird