MRO a capturé une avalanche sur Mars

Mars est parfois en proie à de drôles de phénomènes et nous venons une nouvelle fois d’en avoir la preuve. Grâce à MRO, la NASA a en effet capturé une avalanche sur la planète rouge. Bel exploit.

MRO, ou Mars Reconnaissance Orbiter pour les intimes, est l’une des nombreuses sondes placées dans l’orbite martienne par la NASA. Présente sur place depuis le 10 mars 2006, elle a permis de cartographier la planète rouge, mais également d’en apprendre beaucoup sur la composition minéralogique de son sol et sur sa géologie.

Crédits : NASA / JPL / Université de l’Arizona

C’est notamment grâce à cette sonde que la NASA a découvert que de gigantesques poches de glace se cachaient dans les profondeurs martiennes.

MRO a immortalisé une avalanche martienne

À la base, MRO était censé prendre sa retraite en décembre 2008, mais la mission a été reconduite à plusieurs reprises. Elle est d’ailleurs censée rester opérationnelle jusqu’à l’année prochaine.

MRO a permis bon nombre de découvertes, et il semblerait que la tendance ne soit pas prête de s’inverser. Mardi dernier, une équipe de l’Université de l’Arizona a ainsi publié une image montrant un événement assez insolite : une avalanche martienne.

Comme l’indique Candy Hansen, l’une des scientifiques de l’équipe, le soleil vient frapper l’empilement de couches situées au pôle nord de Mars à chaque printemps. Sous l’effet de la chaleur, la glace présente dans la zone commence à fondre et il arrive ainsi parfois que des blocs entiers se détachent pour glisser ensuite en contrebas.

C’est précisément ce qui s’est produit en mai dernier lorsque des blocs de glace se sont décrochés d’une falaise haute de 500 mètres, provoquant par la même occasion l’apparition d’un gigantesque nuage de poussière.

Un spectacle impressionnant

Mais cette fois, MRO se trouvait au bon endroit et la sonde a donc pu utiliser le module HiRise pour immortaliser l’étonnant spectacle, produisant au passage la fameuse photo mise en ligne par l’équipe en charge de la caméra. Photo qui est également utilisée pour illustrer cet article.

À noter que la caméra HiRise est un peu particulière. Elle se compose en effet d’un télescope de 50 mètres de diamètre avec une longueur focale de 12 mètres et elle est couplée à 14 capteurs CCD. Sur ces capteurs, 10 comportent un filtre rouge et les quatre autres un filtre bleu, un filtre vert et un filtre proche de l’infrarouge.

Grâce à son architecture, HiRise offre un niveau de détails élevé avec une résolution spatiale au sol de 30 centimètres pour une altitude de 300 mètres. C’est en grande partie grâce à cette caméra que nous avons une aussi bonne connaissance des reliefs martiens et on comprend bien évidemment pourquoi la mission a été reconduite autant de fois.

Mots-clés mars