MyBuBelly : l’application qui prétend donner le choix du sexe d’un bébé

Pour certaines personnes, il est tout à fait naturel de vouloir contrôler le sexe des enfants à venir. Entre conseils d’alimentation et autres remèdes de grand-mère, les « solutions » ne manquent pas. Toutefois, nous vivons désormais à une époque résolument connectée. Pour le meilleur et, visiblement, aussi pour le pire.

Une application du nom de MyBuBelly prétend en effet être en mesure de fournir aux futurs parents une méthode fiable à 90 % pour… leur permettre de choisir le sexe de leur futur enfant.

Bébé IA

L’application en question se pose – en réalité – davantage comme un service de coaching en ligne personnalisé, un service entièrement pensé pour celles et ceux qui souhaitent choisir le sexe de leur enfant. MyBuBelly pousse d’ailleurs le concept assez loin et il se propose ainsi d’accompagner les couples avant même la conception de leur(s) futur(s) enfants().

Du moins s’ils en ont les moyens. Si vous souhaitez bénéficier des services de la plateforme, vous devrez effectivement débourser 149 €… par mois.

Bien que certaines personnes attestent de l’efficacité de la méthode proposée par MyBuBelly, les spécialistes dans le domaine restent pour leur part franchement perplexes.

MyBuBelly, l’application qui pense pouvoir vous aider à choisir le sexe de votre enfant

Que vous ayez envie d’avoir une petite fille ou un petit garçon, l’application pense être en mesure de vous aider à atteindre vos objectifs.

Le fonctionnement est très simple, un coach donne un programme à suivre en fonction du sexe que vous souhaitez avoir pour votre bébé. Attention cependant, car vous devrez nécessairement commencer le programme trois mois avant la conception pour que ce dernier soit efficace.

Pour les deux sexes, il y a deux démarches à suivre dans ce programme : un programme diététique et un suivi « novateur » du cycle de la femme.

D’après les concepteurs de l’application, c’est en combinant ces deux dimensions que la magie opère. Et attention, car l’outil ne se limite pas aux conseils et une box sera ainsi fournie à toutes les futures mamans, une box contenant des compléments alimentaires, des tests d’ovulation et de pH.

Le tout pour un abonnement fixé à 149 € par mois.

Une méthode basée sur l’acidité vaginale et le cycle d’ovulation

La méthode proposée MyBuBelly dure en moyenne entre 3 et 7 mois et ses inventeurs prétendent qu’elle a été élaborée de manière scientifique.  Pourtant, certains médecins qui ont composé l’équipe de départ ont rapidement quitté le projet à cause de différends.

L’explication est assez sommaire. Les concepteurs de l’application se basent globalement sur deux variables différentes, à savoir l’acidité vaginale et le cycle d’ovulation. D’après eux, pour avoir une fille, il suffit ainsi de suivre un régime favorisant l’acidité du vagin. Les créateurs de MyBuBelly sont en effet partis du principe que les spermatozoïdes femelles sont plus résistants que les spermatozoïdes mâles.

Augmenter l’acidité du vagin de la future maman favoriserait donc selon eux les spermatozoïdes femelles.

Il y aurait cependant une autre dimension à prendre en compte : la date du rapport sexuel. Les spermatozoïdes mâles étant plus rapides, les inventeurs de l’application conseillent d’avoir des rapports quelques jours avant l’ovulation pour favoriser les spermatozoïdes femelles, toujours en supposant que les futurs parents cherchent à avoir une petite fille.

Il faudra en effet appliquer la méthode contraire pour obtenir un garçon.

Une méthode conseillée par des médecins ?

D’après la créatrice de la société, cette méthode lui aurait été conseillée par des médecins et elle se serait montrée efficace dans son cas. Après avoir partagé l’astuce avec ses proches et les membres de sa famille, elle aurait obtenu un taux de réussite de 39 grossesses sur 40.

Toutefois et comme le rappelle FranceInfo, cette méthode n’est en réalité pas si nouvelle et elle existait même déjà dans les années 70. Sans pour autant obtenir une quelconque validation de la part de la communauté scientifique, bien entendu.

En réalité, d’après une étude menée en 2001 par l’American Society of Andrology, il n’y aurait pas de réelle différence entre les spermatozoïdes mâles et les spermatozoïdes femmes. Pas suffisamment pour pouvoir influer sur leur comportement en tout cas.

LeFigaro Santé, de son côté, a directement demandé au Pr Bernard Hédon, un gynécologue-obstétricien spécialiste de la médecine de reproduction, ce qu’il pensait de cette méthode. L’homme a simplement répondu qu’il n’existait aucune méthode naturelle pour choisir le sexe de leur enfant et que chaque avait une chance sur deux d’avoir une fille… ou un garçon.

Interrogé par Le Parisien, Le Pr Israël Nisand, le président du Collège national des gynécologues et obstétriciens, a même été encore plus loin en qualifiant l’application de « charlatanisme ».

Une méthode très décriée

Le Pr Hédon, de son côté, confirme bien que le Ph du vagin peut être légèrement modifié avec une alimentation adaptée, mais il a aussi déclaré que rien ne prouvait que ce fameux Ph pouvait avoir une quelconque incidence sur la détermination du sexe de l’enfant.

Hervé Chneiweiss, le président du comité d’Ethique de l’Institut national de la santé et de la recherche médicale, ne s’est pas montré plus compréhensif à l’égard de l’application et de la méthode suggérée : « Toute méthode qui n’est pas démontrée scientifiquement est critiquable, d’autant plus si on utilise la crédulité des gens. C’est tout à fait abusif et malhonnête. »

Le Dr Véronique Bied Damon, une gynécologue travaillant au comité scientifique de l’entreprise, a fait savoir que si la méthode mise en avant par MyBuBelly avait obtenu de bons résultats, il était désormais indispensable de procéder à une nouvelle évaluation dans le cadre d’une étude clinique afin de déterminer le réel pourcentage d’efficacité des deux techniques cités plus haut. Elle a également fait savoir qu’elle ne travaillait pas sur la dimension commerciale de l’application et qu’elle se focalisait davantage sur la méthode proposée aux utilisateurs.

Le problème reste cependant le coût de cette méthode. L’application est loin d’être gratuite et elle est même proposée à un prix assez prohibitif.

MISE A JOUR :

MyBuBelly a souhaité apporter quelques précisions, notamment pour rebondir sur les déclarations du Dr Véronique Bied Damon. Voici le communiqué qui nous a été envoyé par l’entreprise :

« L’auteur indique à la fin de son article que « Pour ne rien arranger, la créatrice de l’application semble également avoir perdu le soutien de certains de ses médecins. Le Dr Véronique Bied Damon a ainsi indiqué que l’efficacité de cette méthode naturelle restait encore à démontrer, tout en précisant que l’aspect commercial la dépassait totalement » alors qu’une telle affirmation est sortie de son contexte. La gynécologue Véronique BIED DAMON qui participe au comité scientifique de la méthode MyBuBelly a simplement voulu souligner que les deux méthodes dont est issue la méthode MyBubelly ont de bons taux de réussites basées sur l’expérience, déjà séparément, mais qui nécessitent aujourd’hui une nouvelle évaluation avec une méthodologie dans le cadre d’une étude clinique afin d’évaluer scientifiquement le pourcentage d’efficacité apporté par la combinaison de ces deux techniques par rapport aux 50% liés à la nature et qu’elle ne s’occupait pas du développement ni de la gestion commerciale de l’application de coaching. « 

Notre article a été modifié en conséquence.

Mots-clés santé