Clicky

NantEnergy : une batterie Zync-Air pour remplacer le lithium-ion ?

NantEnergy, le géant californien spécialisé en énergie était présent lors du « One Planet Summit », un évènement organisé par l’Organisation des Nations Unies et la Banque Mondiale le 26 septembre dernier. La firme a profité de l’occasion pour présenter un tout nouveau genre de batterie « zinc-air » rechargeable, qui reviendrait trois fois moins chère qu’une batterie au lithium-ion classique. Patrick Soon-Shiong, propriétaire de l’entreprise a vu grand et décrit son produit comme étant le système de batterie rechargeable écologique le plus sûr et le plus fiable au monde.

À la fois chirurgien et entrepreneur, développer un système respectant l’environnement et utile à la vie de tous les jours était un pari difficile, mais relevé et gagné par Patrick Soon-Shiong, un homme unique en son genre.

Regen Box

Ainsi, les nouvelles batteries de la firme sont à la fois économiques et moins chères.

Comment fonctionne alors cette batterie révolutionnaire ?

Par principe, le fonctionnement de la batterie zinc-air est similaire à celle des piles du même nom.

Utilisée depuis déjà 6 ans dans plusieurs centaines d’antennes-relais dans l’industrie de téléphonie mobile, elle a été testée et a fait ses preuves avant d’être révélée au grand jour.

Les chercheurs de NantEnergy ont travaillé dur pour faire en sorte que ses nouvelles batteries soient rechargeables. Ces dernières sont reliées et alimentées par des panneaux solaires. De plus, elles accumulent l’énergie grâce à l’oxydation du zinc.

Le challenge : une batterie plus économique et moins chère

Soulignons que les chercheurs ne se sont pas arrêtés à cette étape. En effet, l’équipe a même réussi à réduire le coût du stockage d’énergie de la batterie jusqu’à atteindre les 100 dollars / kWh, qui est un facteur essentiel à la création de réseaux électriques sans carbone, si l’on se fie aux experts de l’industrie électrique.

Jay Whitacre, directeur du Scott Institute for Energy Innovation de l’Université Carnegie Mellon admire la nouvelle batterie de la firme : « Si cela est vrai, ce serait formidable. Si ces types se rapprochent même de ce prix de 100 $ le kWh, c’est excitant et perturbant… Si vous pouvez y arriver, vous obtenez une technologie vraiment économique et qui peut être utilisée de nombreuses manières »