NASA : la capsule Orion intègre 100 parties imprimées en 3D

L’utilisation de l’impression 3D pour créer des fusées et des vaisseaux spatiaux n’est pas uniquement réservée aux start-ups révolutionnaires du genre de Rocket Lab, la Nasa est là pour nous le prouver.

L’agence spatiale américaine a prévu d’intégrer plus de 100 pièces imprimées en 3D sur sa nouvelle capsule d’équipage, Orion.

NASA

Les parties qui seront réalisées grâce à l’impression 3D ont été spécialement conçues par Lockheed Martin en collaboration avec les experts en impression 3D, Stratasys, et le bureau d’études PADT. D’après les experts, la technologie qui sera utilisée pour fabriquer ces pièces sera la même qui permettra d’envoyer les humains sur Mars.

Selon Stratasys, ces pièces seront faites de matériaux entièrement nouveaux spécialement conçus pour résister aux conditions difficiles de l’espace.

Des matériaux résistants

Lockheed Martin, avec le bureau d’études PADT, s’est assuré que les pièces qu’il allait concevoir pour Orion soient fabriquées à partir de nouveaux matériaux capables de résister aux températures extrêmes et aux expositions chimiques des missions spatiales lointaines.

« Dans l’espace, par exemple, les matériaux vont constituer une charge, si cela devait choquer l’électronique d’un engin spatial, cela pourrait causer des dommages importants. » a indiqué à Reuters Scott Sevcik, vice-président des solutions de fabrication chez Stratasys. Si au départ, l’impression 3D ou la fabrication additive a été utilisée pour fabriquer des prototypes à travers une gamme de différentes industries, aujourd’hui elle est de plus en plus considérée pour la production d’échelle.

Des pièces plus économiques

La technologie qui sera utilisée pour Orion permettra de fabriquer plus rapidement des pièces légères en plastique et à moindre coût que les chaines d’assemblage traditionnelles qui nécessitent des investissements importants.

En dehors de cela, l’utilisation de l’impression 3D permettra également aux concepteurs des pièces d’avoir plus de liberté dans leur travail comme l’explique Scott Sevcik. «  Nous avons plus de liberté avec le design. Les pièces peuvent paraître plus organiques, plus squelettiques. » a-t-il expliqué.

Pour rappel, Orion fait partie du programme de suivi de la Nasa pour les navettes spatiales désormais à la retraite qui permettra aux astronautes de voyager au-delà de la Station Spatiale Internationale.

Mots-clés NASA