Nasim Agdham : des internautes l’érigent en martyr de la liberté d’expression

La police de San Bruno, Californie, a déclaré dans la matinée du mercredi 4 avril 2018 que la femme ayant attaqué le siège de YouTube le mardi 3 avril 2018 était motivée par la colère qu’elle éprouvait l’encontre de la plateforme. Selon la déclaration de la famille de la tireuse, Nasim Agdham se plaignait que YouTube détruisait sa vie.

La femme, âgée de 29 ans, a exprimé à plusieurs reprises sa rancœur envers la plateforme sur sa page personnelle où elle écrivait que YouTube supprimait délibérément ses vidéos sur le véganisme et les droits des animaux. Le site avait effectivement retiré les publicités sur certaines de ses vidéos et avait posé un filtre de restriction d’âge sur ses autres vidéos.

YouTube LGBTQ

L’attaque perpétrée par Nasim Agdham a fait trois blessés et une mort. La tireuse s’est par la suite donné la mort et des trolls et des théoriciens de la conspiration érigent la tireuse en martyr de la liberté d’expression.

Nasim Agdham : assaillante ou victime de YouTube ?

Les avis sont mitigés chez les internautes quant à voir Nasim Agdham comme une tireuse n’ayant pas pu maîtriser ses émotions ou comme victime des politiques de censure que la plateforme YouTube impose à ses utilisateurs. Néanmoins, de plus en plus de conspirateurs sont d’avis que YouTube avait provoqué la colère de Nasim Agdham qui parle librement des sujets considérés comme gênants par le système.

Sur Twitter, de nombreux utilisateurs soutiennent la cause de Nasim Agdham, peignant celle-ci comme une victime de ces entreprises qui sont aussi, dans une certaine mesure, des activistes politiques. Les tweets, accompagnés du hashtag #CensorshipKills, se sont propagés sur les réseaux sociaux. Certains d’entre eux montrent même le visage de la tireuse, les yeux et la bouche entaillés avec le nom du hashtag.

Un sentiment de colère partagé par d’autres YouTubeurs

Le hashtag #CensorshipKills est devenu viral. La raison invoquée par ses adeptes et défenseurs en est que Nasim Agdham fut celle qui dit tout haut ce que bon nombre de YouTubeurs et d’utilisateurs d’autres sites de partage de vidéos pensaient tout bas. D’ailleurs, un correspondant de la NRA a expliqué que la décision de YouTube de censurer les vidéos des utilisateurs qui ne correspondent pas à ses politiques l’expose à la colère du monde entier.

Selon les médias Drudge Report et InfoWars, ces politiques de censure enlèvent aux utilisateurs leur liberté d’expression, ce qui entraîne la violence à l’instar de l’acte commis par Nasim Agdham.

Actuellement, de nombreux internautes et YouTubeurs discutent ouvertement de la réaction de la tireuse. Certains prétendent même comprendre les raisons qui l’ont poussée à commettre l’irréparable.

Des YouTubeurs se plaignent ainsi du filtrage et de la démonétisation que YouTube opère sur leurs vidéos de manière à non seulement réduire leur nombre de vues, mais aussi leurs finances. D’autres déplorent également que la plateforme s’attaque à des points de vue et des sujets spécifiques.

Mots-clés webyoutube