Clicky

Ne partagez pas les vidéos choquantes circulant sur les réseaux sociaux

Twitter, Facebook ou même WhatsApp voient très souvent passer des photos ou des vidéos extrêmement choquantes. En ce moment, une séquence mettant en scène une agression sexuelle sur un enfant en bas âge circule ainsi en Belgique. La police de Liège demande aux internautes de ne pas la partager et de ne pas l’envoyer à leurs contacts.

Extrêmement choquante, la vidéo en question met en scène un adolescent en train d’agresser sexuellement un bébé de quelques mois.

hadopi-fai

Elle est apparue sur la toile au début du mois et elle a très vite suscité l’indignation chez les internautes.

Une vidéo choquante circule sur le web

Face à la situation, des centaines de personnes ont décidé de partager la séquence avec leurs proches afin d’identifier l’adolescent et le bébé présents dans la vidéo, en l’accompagnant d’un message appelant les internautes à en faire autant de leur côté.

La police de Liège a cependant lancé un message d’alerte appelant les internautes à ne pas la partager.

Comme elle l’explique elle-même dans son communiqué, les conséquences psychologiques résultant du visionnage d’une telle vidéo ne doivent pas être prises à la légère et il est donc impératif de ne pas la faire circuler.

En outre, l’alerte rappelle aussi que le fait de partager une telle séquence revient à contribuer à la diffusion de fichiers pédopornographiques, une pratique bien évidemment condamnée par la loi.

Plus important, selon la police de Liège, cette vidéo serait connue des services d’Interpol et l’adolescent – de même pour le bébé – aurait été identifié par les forces de l’ordre.

Des contenus à ne pas diffuser

Le communiqué rappelle également que la seule chose à faire lorsqu’on tombe sur un contenu de ce type est de prévenir les autorités en contactant les services de police.

Il faut d’ailleurs rappeler que la France a mis en place un système de signalement afin de permettre aux internautes de faire remonter ce genre de contenus aux services de police. Accessible à cette adresse, l’outil permet de signaler en quelques minutes les pages ou les profils hébergeant des contenus illicites ou choquants.

De leur côté, les réseaux sociaux ont entrepris la même démarche et si Facebook dispose de son propre outil signalement, Twitter met lui aussi à la disposition des internautes un formulaire pour leur permettre de dénoncer des comportements inacceptables ou des contenus illicites.

Mots-clés web

Fred

Floodeur compulsif, est très actif sur Twitter ou encore sur Facebook. Sachez en outre que la Fredzone a une page sur Google+.