Neptune a une nouvelle lune et elle s’appelle Hippocamp

En 1989, la sonde Voyager 2 avait découvert six lunes dans l’orbite de Neptune. En allant plus loin, l’instrument avait également repéré sept autres satellites situés dans des trajectoires plus lointaines et irrégulières, à l’extérieur de l’orbite de la planète. Ainsi, les astronomes avaient enregistré treize lunes en orbite autour de la jumelle d’Uranus. En 2013, en se basant sur des images capturées par le télescope spatial Hubble, un chercheur a détecté une Lune de plus.

Cette dernière a été mise en lumière par Mark Showalter, chercheur principal à l’institut SETI, spécialisé dans la recherche d’intelligence extraterrestre. Voyager 2 l’aurait raté, car ses caméras n’étaient pas assez performantes alors que le corps céleste a une faible luminosité.

Espace

Il a fallu six ans à Mark Showalter et son équipe pour confirmer les détails physiques de celui-ci.

Mercredi dernier, l’équipe de Showalter a annoncé le nom officiel de la nouvelle Lune : Hippocamp. Jusqu’ici, elle a été connue sous l’appellation de S / 2004 N 1 ou Neptune XIV.

Née d’une collision d’une comète avec Proteus

Il est de coutume chez les astronomes de nommer les lunes de Neptune en se référant aux divinités de l’eau. Dans la mythologie grecque, l’Hippocamp est une créature marine fantastique, dont la partie antérieure est celle d’un cheval et la partie postérieure celle d’un poisson, d’un serpent, ou d’un monstre marin.

Selon les calculs des scientifiques, la nouvelle Lune de Neptune a un diamètre d’environ 34 kilomètres (21 miles). Elle se serait formée il y a quelques milliards d’années, suite à la collision d’une comète avec Proteus. Cette dernière est la plus grande des lunes intérieures de la huitième planète du système solaire.

Elle est environ quatre mille fois plus grande qu’Hippocamp.

Sur ce monde gravitant autour de la planète à une distance de douze mille kilomètres à l’intérieur de sa trajectoire, les chercheurs ont trouvé un cratère à impact géant appelé Pharos. Ce dernier est large d’au moins 230 kilomètres (143 miles). Ils pensent qu’ Hippocamp est né des débris de l’impact qui se seraient accumulés. En se référant à la vitesse à laquelle Proteus s’est éloigné de Neptune, les scientifiques pensent que la plus petite lune de Neptune est âgée de quelques milliards d’années.

Pour comprendre l’histoire du système neptunien

« La découverte du petit Hippocamp contribue à notre compréhension de l’histoire du système interne de Neptune », ont écrit les chercheurs. « Proteus et Hippocamp étaient encore plus proches dans le passé parce que Proteus est en train de migrer vers l’extérieur en raison des interactions de marée avec Neptune. »

« Cela vaut donc la peine d’explorer le lien possible entre ces lunes », ont-ils ajouté.

Pour l’équipe, l’intérêt des découvertes de ces Lunes consiste en l’illustration des « rôles que les collisions et la migration orbitale ont joués dans la formation du système Neptune que nous observons aujourd’hui ».

Mots-clés astronomieneptune