Netflix en France, ce sera bientôt une réalité

Netflix est attendu en France comme le messie. Après un certain nombre de rebondissements, il semblerait que la situation se précise enfin. Suite à la publication des résultats trimestriels de la firme, Ted Sarandos (CCO et VP) a été invité à répondre aux questions de ses investisseurs. C’est à l’occasion de cet entretien que nous avons appris que Netflix allait bien poser ses valises en France, tout en proposant de nouveaux contenus originaux.

Ted Sarandos occupe une places très importante chez Netflix. S’il en est le vice-président, c’est également lui qui s’occupe du contenu diffusé sur la plateforme. Du contenu, et de tous les projets connexes développés par la firme.

Netflix France

Netflix en France, ce sera bientôt une réalité.

C’est d’ailleurs ce qui a poussé Doug Anmuth, de JPMorgan, a lui poser une question plutôt directe portant sur les séries originales diffusées sur Netflix, soit sur House of Cards et Orange is the New Black. L’homme a effectivement demandé à Ted Sarandos si Netflix comptait se lancer sur les marchés internationaux, et notamment en France et en Allemagne. Difficile de faire plus clair, non ?

Vers une augmentation de l’abonnement

Certes, et contre toute attente, le vice-président de la firme a apporté une réponse claire, sans langue de bois : « Oui, bien sûr, nous le ferons parce que nous allons avoir beaucoup de nouveaux programmes originaux d’ici là. Et nous allons aussi avoir des spectacles en première mondiale en France, en Allemagne et sur d’autres marchés européens que nous n’aurons pas forcément aux Etats-Unis ».

Fantastique, mais tout n’est pas rose pour autant. Ted Sarandos a également profité de cet entretien pour annoncer une autre nouvelle, nettement moins drôle cette fois. Les abonnements proposés par la plateforme vont bientôt augmenter, pour financer les nouvelles créations de la société. Dans un premier temps, seuls les nouveaux abonnés seront concernés mais cela ne durera pas et tous les abonnements seront à terme régularisés. Rassurez-vous cependant car cette augmentation ne dépassera visiblement pas les deux dollars par mois.

Ted Sarandos n’a évoqué aucune date de lancement, ni même le lieu où s’implantera sa nouvelle filiale. Espérons juste que Netflix puisse diffuser du contenu récent dans l’hexagone, et pas seulement des films datant de trois ans, ou plus. Parce que bon, quitte à se taper de vieux longs-métrages, autant se contenter de la télévision.

Sources : 1, 2

Mots-clés netflix