Neuralink : les premiers tests sur des cerveaux humains commenceront en 2020

Neuralink, une start-up d’Elon Musk, veut pouvoir relier directement le cerveau avec un ordinateur. Pour ce faire, il est prévu d’insérer des  milliers de capteurs électriques dans le cerveau et de les utiliser ensuite pour créer une connexion homme-machine. Les essais sur les humains sont prévus pour prendre place en 2020.

D’après Elon Musk, un singe sur lequel le système Neuralink a été testé a été capable de contrôler un ordinateur avec son cerveau.

Crédits Pixabay

Musk a aussi rappelé que l’objectif initial du projet était de trouver une solution pour aider les personnes souffrant de lésions au niveau du cerveau ou au niveau de la moelle épinière.

Les objectifs à long terme du projet

À part les applications en médecine, l’objectif à long terme de Neuralink est de pouvoir créer une « couche de superintelligence numérique » pour relier les humains avec l’intelligence artificielle. Selon Musk, à terme, il sera possible d’établir une sorte de symbiose avec l’AI. Dans la pratique, le système pourrait permettre à une personne de taper 40 mots à la minute rien qu’avec la pensée.

Selon Musk, ils espèrent que le système sera implanté dans un patient d’ici la fin de l’année. Cependant, il a ajouté que ce sera difficile d’obtenir une autorisation de la part de la FDA ou Food and Drug Administration.

Le fonctionnement de Neuralink

Pour « installer » le système sur une personne, il faut insérer des milliers d’aiguilles très fines, aussi larges que le quart d’un cheveu humain, dans le cerveau. Ce sera un robot qui s’occupera de la mise en place des aiguilles pour éviter tout contact avec un vaisseau sanguin.

Un groupe de 1024 aiguilles sera connecté à une puce qui sera placée sous la peau. Chaque puce, à son tour, sera reliée à un petit appareil semblable à un appareil auditif, placé derrière l’oreille, cela en utilisant une connexion sans fil.

Neuralink n’est pas seulement conçu pour lire les signaux provenant du cerveau. Selon Philip Sabes, qui est l’un des scientifiques derrière le projet, le système pourra aussi écrire des signaux dans le cerveau. Comme application, il sera possible de restaurer un sens qui a été perdu en travaillant directement avec les neurones.

Si cette recherche sur l’interface entre le cerveau humain et la machine aboutit, ce sera une avancée majeure pour la science. Cependant, il faudra bien mesurer les risques car manipuler le cerveau n’est pas une chose que l’on peut prendre à la légère.

Mots-clés neuralink