Nicolas Sarkozy souhaite punir pénalement les internautes visitant certains sites

On ne reviendra pas sur tous les évènements qui ont entouré les actes commis par Mohamed Merah, ils ont été suffisamment couvert par la presse et les actes atroces commis par cet homme parlent d’eux-mêmes. En revanche, vous n’avez peut-être pas assisté à l’allocution télévisuelle menée par le président sortant et c’est justement ce qui nous intéresse aujourd’hui puisque ce dernier a annoncé qu’il souhaitait mettre en place un délit pénal visant tous les internautes visitant des sites promouvant une idéologie terroriste. Ce qui veut donc dire, en d’autres termes, qu’il est question de surveiller tout ce que nous faisons avec notre connexion internet.

Nicolas Sarkozy souhaite punir pénalement les internautes visitant certains sites

Sans grande surprise, Nicolas Sarkozy a donc annoncé qu’il souhaitait prendre une série de mesures pour lutter plus efficacement contre le terrorisme, et pour éviter que les évènements tragiques qui ont secoué la République ces derniers jours ne se reproduisent. Et parmi ses différentes déclarations, il y en a une qui a retenu mon attention, à savoir que « toute personne qui consultera régulièrement des sites internet faisant l’apologie du terrorisme, ou véhiculant des appels à la haine ou à la violence, sera puni pénalement ».

Alors bien sûr, on ne peut qu’être d’accord avec lui sur le fait que le terrorisme n’a absolument pas sa place en ce monde. Aucun innocent – homme, femme ou enfant – ne devrait avoir à mourir à cause des errances psychologiques, morales ou religieuses de personnes ayant ce type de comportement destructeur. Mais malgré cela et alors même que l’émotion est toujours vive, alors même que nous avons tous été touchés par cette terrible tragédie, nous devons rester vigilant et ne pas nous laisser déborder ni par notre colère, ni par notre peur.

Car en effet, pour mener à bien ce projet, il n’existe qu’une seule solution : mettre les internautes sur écoute. Et si cela devait arriver, si une telle loi doit vraiment être votée, alors cela signifierait tout simplement qu’elle porterait atteinte à nos libertés fondamentales et, par extension, aux idéaux forts portés par toutes les démocraties du monde.

La fin ne justifiera jamais les moyens.

Via

Mots-clés politiqueweb