Clicky

Nintendo DS : les linkers maintenant interdits en France

Faut bien l’avouer, de toutes les consoles du marché, la Nintendo DS / DSi est sans aucun doute l’une des plus faciles à cracker. Pour se faire, il suffit simplement d’acheter un linker, d’installer dessus le firmware qui va bien et de récupérer des roms sur le web. Oui mais voilà, le géant nippon ne l’entend pas de la même oreille et la firme a ainsi obtenu l’interdiction pure et simple des linkers dans l’hexagone. Autant dire que si vous comptiez cracker votre console portable, alors vous allez avoir intérêt à faire très attention et à commander votre linker à l’étranger.

Nintendo DS : les linkers maintenant interdits en France

Pour ceux qui n’y connaissent absolument rien, précisons qu’un linker ressemble en tout point à une cartouche officielle de Nintendo DS. A ceci près que le bougre intègre un port microSD. Il suffit alors de récupérer le firmware qui va bien, de le transférer sur une carte de ce type, de brancher cette dernière sur le linker et d’enfourner le tout dans sa console portable pour pouvoir faire tourner des homebrews et des « sauvegardes » de jeux. Franchement, la procédure est super simple à suivre et il suffit d’une dizaine de minutes à peine (transferts compris) pour pouvoir débloquer sa console.

Autant dire que les linkers se vendent très bien. Et certains français ont même développé un vrai business là dessus en lançant des boutiques sur le web. Des boutiques comme Divineo qui ont été condamnées à de très grosses amendes (genre 460.000 euros, paye ton crédit Sofinco !). Notons tout de même que cela fait très longtemps que Nintendo se bat contre les linkers. En décembre 2009, la firme japonaise avait même perdu une première bataille mais le constructeur n’a pas baissé les bras pour autant. Apparemment, bien lui en a pris puisque la cours d’appel de Paris vient tout juste de lui donner gain de cause. Selon elle, les linkers violent bel et bien la propriété intellectuelle de Nintendo et toute personne faisant commerce de ces accessoires risque donc une amende et une peine de prison.

Et pour finir, on rappellera simplement que les linkers sont déjà interdits en Allemagne, en Belgique, en Italie, en Grande-Bretagne et même aux Pays-Bas. Reste donc plus qu’à se fournir… en Chine.

Via