Nintendo Switch : un fabricant de docks poursuivi dans l’affaire des consoles briquées

Nyko se retrouve dans une situation très compliquée. Plusieurs de ses clients ont en effet décidé de traîner l’entreprise en justice et de déposer ainsi un recours collectif. En cause, l’un des docks vendus par la société, un dock qui aurait provoqué le blocage définitif de leur Nintendo Switch.

Nyko est une entreprise basée à Los Angeles, en Californie. Elle propose sur son catalogue de nombreux accessoires pour nos consoles, comme des socles de chargement , des protections d’écran ou encore des docks.

Peu de temps après le lancement de la console et l’apparition des premiers problèmes de rayures relatifs au dock officiel fourni par Big N, l’entreprise a donc eu l’idée de lancer plusieurs accessoires capables de se substituer à ce dernier.

La Switch et les bogues du firmware 5.0

Très appréciés des gamers, ces derniers ont très bien fonctionné jusqu’au déploiement le 12 mars dernier du firmware 5.0 de la Nintendo Switch. Suite au déploiement de ce patch, les consoles placées sur les docks de l’accessoiriste ont commencé à souffrir de plusieurs dysfonctionnements.

Pire, certains utilisateurs ont même eu la désagréable surprise de se retrouver avec une console totalement bloquée entre les mains.

Michael Skiathitis fait partie de ces malchanceux. L’homme a commencé par se tourner vers Nintendo afin d’envisager une réparation de sa console, mais il a très vite réalisé qu’il n’était pas le seul touché par cet épineux problème. En menant l’enquête, il a ainsi réalisé que d’autres clients de Nyko avaient rencontré exactement le même problème.

En conséquence, Michael Skiathitis a choisi de se tourner vers un cabinet d’avocat et ce dernier a déposé en fin de semaine dernière un recours collectif devant un tribunal californien.

Un accessoiriste visé par un recours collectif

Le recours en question reproche à l’accessoiriste d’avoir vendu un produit supposément compatible avec la Switch tout en sachant que ce dernier pouvant entraîner de graves dysfonctionnements. Les clients mécontents reprochent notamment à Nyko de ne pas avoir réagi assez vite et d’avoir continué à vendre ses docks en dépit des problèmes rencontrés.

L’entreprise, de son côté, se retrouve dans une situation assez délicate. Bien qu’elle ne soit pas directement à l’origine du problème, elle ne peut pas se retourner contre Nintendo puisque ses accessoires ne sont pas élaborés et vendus dans le cadre du programme du géant nippon et ils ne sont donc pas considérés comme des accessoires « officiels ».

Nintendo, de son côté, a simplement fait savoir qu’il recommandait aux possesseurs de la Switch de se tourner vers des accessoires officiels pour éviter de menus problèmes.

Depuis, Nyko a déployé un firmware sur ses propres docks pour améliorer la situation et résoudre les dysfonctionnements pouvant potentiellement toucher ses clients, mais les mesures prises ne seront sans doute pas suffisantes pour lui éviter un procès.