Clicky

#NiPigeonsNiEspions : la mobilisation contre la surveillance généralisée est là

Si vous ne sortez pas d’un sommeil long d’un mois, vous devriez avoir déjà entendu parler du projet de loi Renseignement que le gouvernement est actuellement en train de mettre en place, un projet de loi qui se résume purement et simplement à de la surveillance généralisée de tout le web basé en France, sous prétexte de combattre le terrorisme.

Un prétexte noble, bien sûr, mais une loi inefficace et liberticide pour seul résultat, c’est l’argument avancé par le mouvement #NiPigeonsNiEspions, un mouvement lancé par un petit groupe dont fait partie Tristan Nitot et dont le but est de sensibiliser les foules et le gouvernement.

Surveillance

Le mouvement #NiPigeonsNiEspions, c’est une pétition à destination des entreprises françaises utilisant le web. Pourquoi les entreprises ? Parce que chercher à sensibiliser le gouvernement à propos de nos libertés ne semble pas fonctionner et qu’il faut donc chercher un autre argument : l’économie.

L’économie, oui, car comme l’indique le site web du mouvement, les entreprises françaises vont devoir tenter de convaincre leurs clients internationaux de continuer à leur faire confiance malgré les « boîtes noires » mises en place par le gouvernement, ces fameux dispositifs secrets destinés à nous surveiller.

Toujours selon le même mouvement, ce projet de loi pourrait donc inciter les entreprises françaises du web à délocaliser dans des pays étrangers moins enclins à l’espionnage. Loin d’être une simple menace en l’air, l’argument pourrait bien fonctionner.

Et pour fonctionner, il faut des signataires, alors si vous êtes concerné par ce mouvement, n’hésitez pas à faire un tour du côté de la pétition à signer. Et si vous souhaitez vous mobiliser en tant que citoyen, vous pouvez également signer la pétition mise en place sur Change.org à titre individuel.

Si vous doutez encore de l’aspect liberticide de cette loi, je ne saurais que trop vous conseiller la lecture des quelques paragraphes suivant la (longue) liste des signataires au mouvement #NiPigeonsNiEspions.

Photo : Paweł Zdziarski