Clicky

No Man’s Sky : Pour Yoshida, c’est la faute de Murray

No Man’s Sky est disponible depuis le 10 août dernier sur PS4 (le 12 août sur PC), et le titre d’Hello Games n’a pas fait que des heureux en dépit des promesses faites par Sean Murray le patron d’Hello Games, studio de développement du titre.

Une situation embarrassante pour Sony qui tenait là une exclusivité de tout premier ordre, et qui doit depuis quelques semaines faire face aux critiques de certains fans, vis-à-vis d’un jeu qui n’arrive pas forcement à hauteur des attentes placées en lui.

Yoshida - No Man's Sky

Pour M. Yoshida, si No Man’s Sky subit des critiques c’est à cause des promesses faites par Sean Murray

Interviewé par le site Eurogamer, Shuhei Yoshida (président de Sony Interactive Entertainment Worldwide Studios), dit comprendre les critiques émises à l’encontre du soft d’Hello Games, et n’hésite pas à incriminer le créateur du jeu, Sean Murray, qui n’a – selon lui – pas su gérer correctement la communication autour des fonctionnalités de son jeu.

Un jeu qui s’est bien vendu, mais qui n’a pas manqué de susciter des critiques

Lorsqu’un jeu est très (trop ?) attendu par la communauté, il arrive fréquemment qu’une fois manette en mains, les joueurs se sentent lésés. Ce fut le cas pour No Man’s Sky.

Le titre du petit studio indépendant anglais n’a pas manqué de s’attirer les foudres de certains gamers déçus par un contenu en deçà des promesses faites par Sean Murray. Il faut dire que durant toute la durée de développement du titre, le boss d’Hello Games n’a pas manqué de vanter les mérites de son bébé et de mettre en avant certaines fonctionnalités.

Mais problème, une fois le titre sorti certaines de ces features n’étaient tout simplement pas présentes, dans ce qui était pourtant la version finale du soft.

Yoshida critique la communication faite par Murray sur son jeu

Shuhei Yoshida n’y va pas par quatre chemins, pour lui certaines critiques émises par les joueurs, et notamment celles concernant Sean Murray, sont justifiées. Il déclare : « Je comprends certaines des critiques formulées à l’égard de Sean Murray, parce qu’il laissait entendre que plus de fonctionnalités seraient présentes dans le jeu, dès le lancement. »

Cependant il accorde à Murray qu’il lui était peut-être difficile de gérer seul les relations avec la presse, Yoshida explique que « ce n’était pas une bonne stratégie de communication, parce qu’il n’avait personne pour l’aider dans ce domaine, et au bout du compte il [Sean Murray] reste avant tout un développeur indépendant. »

Voilà qui est clair, même si l’on a du mal à comprendre pourquoi Sony – visiblement conscient des faiblesses de Murray – n’a pas dépêché quelqu’un pour lui prêter main-forte côté communication. Sur cette question, le mystère reste entier.

Crédit Photo

Share this post

Nathan

Geek dans l'âme et curieux de nature, Nathan est mordu d'Histoire avec un grand H et de Rock avec un grand R.

1 comment

Ajouter le votre.

Publier un nouveau commentaire.