NoFap : l’étrange histoire de ces hommes prêts à tout pour arrêter le porno et la masturbation

NoFap. Ces cinq lettres font référence à une communauté de plus en plus présente sur internet. Ses membres ont tous une chose en commun : ils souhaitent arrêter le porno et la masturbation. Définitivement. Pourquoi ? Pour se reconnecter avec leur moi profond et pour se libérer des chaînes de la chair.

La sexualité a toujours été régie par des normes sociales, mais ces dernières ont énormément évolué à travers les siècles. La Grèce Antique, par exemple, faisait l’éloge de la bisexualité et elle encourageait la sodomie.

NoFap

NoFap, et si le bonheur était dans l’abstinence ?

Les Romains l’autorisaient ensuite, dans une certaine mesure. César lui-même était porté sur la chose. Suétone, un polygraphe et érudit, avait d’ailleurs écrit à son propos qu’il « était le mari de toutes les femmes et la femme de tous les maris ».

La sexualité a toujours été régie par les normes sociales

Tout le monde ne voyait évidemment pas les choses de la même manière et les stoïciens, notamment, avaient une vision beaucoup plus stricte de l’acte sexuel. Marc Aurèle l’assimilait ainsi à « la friction d’un boyau suivi d’une convulsion, de l’expulsion d’une sorte de mucus ». Charmante vision, n’est-ce pas ?

Le christianisme s’est beaucoup inspiré des stoïciens. Après avoir condamné l’acte homosexuel, les Églises ont commencé à promouvoir une sexualité monogame et procréatrice.

Cette vision a perduré à travers les siècles et elle a servi de base à nos sociétés modernes. Du moins pendant un temps. La révolution sexuelle est en effet passée par là dans les années 60 et elle a changé notre vision de la sexualité.

Désormais, nous vivons tous dans un monde hypersexualisé, un monde où la pornographie est omniprésente. Il suffit effectivement d’une simple recherche en ligne pour trouver des photos et des vidéos sur lesquelles fixer nos fantasmes.

Cette hypersexualisation a des conséquences sur la psyché humaine, mais également sur la sexualité des individus. Elle peut en effet se transformer en véritable addiction et conduire à divers problèmes sexuels comme des troubles de l’érection, une perte de libido ou des difficultés à l’éjaculation.

Des dérives mises en lumière par de nombreuses études différentes.

Face à la situation, plusieurs hommes ont décidé de tirer un trait sur toutes ces pratiques et de prôner l’abstinence au porno ainsi que le sevrage à la masturbation.

NoFap est le nom de leur communauté, une communauté basée avant tout sur le dialogue et l’entraide. Elle se propose en effet de venir en aide aux hommes et aux femmes débordés par leur addiction à la pornographie en les encourageant à l’abstinence.

Contrairement à ce que l’on pourrait croire, cette communauté n’a rien de politique ni de religieux. Il s’agit davantage d’un mouvement spontané.

NoFap, un mouvement spontané qui prône l’arrêt de la pornographie et de la masturbation

NoFap a été fondé en 2011 par Alexander Rhodes. Totalement accro à la pornographie, il a eu l’idée un beau matin de créer un laboratoire axé sur le lifehacking afin de se débarrasser de son addiction. Une addiction qui l’a poussé à se couper des autres et qui a aussi eu de lourdes incidences sur sa vie sexuelle.

Après avoir discuté de ses soucis sur plusieurs forums, il a fini par comprendre que son véritable problème était son goût prononcé pour la pornographie. Il a donc entamé un processus de sevrage et il lui a été tellement profitable qu’il a créé un site communautaire dans la foulée afin de pouvoir aider son prochain.

Mais la NoFap Community ne se limite pas à ce site. Elle est aussi très active sur les plateformes sociales et notamment sur Reddit.

Les témoignages sont nombreux, mais les histoires se ressemblent.

La plupart des intervenants déclarent ainsi être tombés dans le porno à l’adolescence, une période propice à ce genre de choses. Ce qui n’était qu’un passe-temps est rapidement devenu une habitude avant de se transformer en addiction et toutes ces personnes ont alors fini par se détacher de leur propre sexualité.

Contrairement à ce que l’on pourrait croire, Alexander Rhodes ne pense pas qu’il est nécessaire d’interdire le porno. Pas plus que les autres membres de sa communauté. En réalité, à ses yeux, il est surtout important de faire de la prévention et d’en parler aux adolescents avant qu’ils ne développent cette addiction.

Si vous voulez en savoir plus sur cette communauté ou même la rejoindre, vous pouvez vous rendre sur son site, à cette adresse.