Non, la Norvège n’a pas subi une attaque extraterrestre

La NASA ne se contente pas d’envoyer des sondes et des rovers sur les autres planètes de notre système. L’agence spatiale mène également des recherches sur notre propre planète. Elle a d’ailleurs conduit une expérience sur l’ionosphère en Norvège en fin de semaine dernière, une expérience qui n’est pas franchement passée inaperçue.

L’expérience en question s’inscrivait dans la mission AZURE et elle avait pour but d’envoyer des fusées ascendantes dans la zone aurorale à partir de la base de lancement Andøya.

Space Invaders NASA

Capture Twitter

Construite au début des années 60, cette base de lancement a pour but de conduire des expériences portant sur des fusées-sondes.

Une expérience menée par la NASA

Comme l’explique Wikipédia, plus de 1200 fusées de ce type ont été lancées depuis la construction de la base. Les deux fusées de la mission AZURE étaient donc loin d’être les premières du genre.

Reste que cette expérience a eu des répercussions pour le moins étonnantes. En effet, les fusées de la mission ont provoqué l’apparition de nuages de couleurs et donné naissance à un véritable spectacle de lumières artificielles.

Un spectacle qui a laissé perplexes de nombreux habitants de la région, mais aussi pas mal d’adeptes des théories du complot.

Lorsque les premières images du phénomène ont été partagées, de nombreux conspirationnistes ont en effet commencé à évoquer des phénomènes paranormaux sur fond d’attaque extraterrestre.

L’info, ou plutôt la non-info, s’est ensuite répandue sur de nombreux blogs et quelques médias locaux, amplifiant encore un peu plus le phénomène.

Une expérience qui avait pour but d’étudier l’écoulement des particules

La NASA, de son côté, a rapidement réagi en partageant sur Twitter un message évoquant la mission, un message accompagné de l’une des photos prises durant l’opération. L’agence a également profité de l’occasion pour expliquer la nature des tests effectués et leur objectif.

Si ces deux fusées ont été lancées, ce n’est évidemment pas pour épater la galerie, mais plutôt pour mieux comprendre l’écoulement des particules dans l’ionosphère. Une manière comme une autre de mieux comprendre comment se forment les aurores boréales.

Les engins propulsés par la NASA ont donc effectué plusieurs mesures portant sur la densité atmosphérique ou encore la température, mais ils ont aussi lâché des traceurs et ce sont précisément ces derniers qui ont créé les étranges nuages colorés évoqués plus haut. Des nuages qui ont permis aux chercheurs de l’agence de suivre le flux de particules neutres et chargées.

Dans ce cas précis, les traceurs ont été lâchés entre 114 et 250 km d’altitude et c’est justement ce qui a provoqué cet étonnant spectacle.

Mots-clés NASAnorvège