Clicky

Non, la Terre n’est pas plate, et ce ballon de basket en est la preuve

La Terre est au centre d’un vaste débat, un débat concernant plus spécifiquement sa forme. Si la plupart des gens censés savent que notre planète est de forme sphérique, certains pensent qu’elle est totalement plate. Cette nouvelle expérience devrait beaucoup les intéresser.

La Flat Earth Society a beaucoup perdu de son prestige  à la fin du XXe siècle suite aux nombreuses avancées concernant les voyages spatiaux, mais l’organisation est revenue en force ces dernières années avec la démocratisation du web et l’émergence des réseaux sociaux.

Ballon de Basket

Loin de se limiter à d’obscurs forums ou salons de discussions, l’association a en effet désormais pignon sur rue et elle organise même de temps en temps des colloques à travers le monde.

La Terre plate, une idée qui fait de plus en plus son chemin

Le Royaume-Uni a ainsi récemment accueilli un événement de ce type et ce dernier a attiré un peu plus de deux cents visiteurs dans la capitale anglaise.

Si vous avez déjà eu l’occasion d’échanger avec un platiste, alors vous savez sans doute que l’un des principaux arguments avancés par leur soin a trait à la courbure de l’horizon. D’après eux, lorsqu’on porte notre regard au loin, l’horizon reste plat et cela prouve donc que notre planète n’est pas ronde.

Plus tôt dans le mois, en se promenant sur les rives du Lac Michigan, un certain Greg a été frappé par l’aspect rectiligne de l’horizon et il s’est alors lancé dans une série de calculs afin de faire toute la lumière sur cette étonnante allusion. Sa démonstration a visiblement fait des émules.

Jeff, un ingénieur en logiciel de trente-six ans, a en effet mené une expérience très intéressante en s’appuyant cette fois sur un ballon de basket et sur un appareil photo doté d’un objectif macro.

Notre photographe aventureux a donc placé un ballon de basket (rond) standard sur la table de son salon en le plaçant sous deux lumières suffisamment puissantes pour révéler la moindre aspérité de sa surface.

Ensuite, il a placé sur un trépied un Nikon P900 flambant neuf.

Une expérience ludique et intéressante

Le P900 vient se classer dans la catégorie des bridges et il est doté d’un zoom optique très puissant capable d’atteindre les 83x grâce à un 24-200 mm doté d’une ouverture comprise entre f/2.8 et f/6.5. Derrière, on trouve un capteur CMOS BSI de 16 millions de pixels. Là-dessus, notre ami a également investi dans une DCR-250 et donc une bonnette macro.

Indispensables à la prise de photos en macro, ces dernières se présentent sous la forme d’une lentille convergente munie d’un système de fixation et elles viennent ainsi se placer par-dessus les objectifs afin de raccourcir la distance de mise au point maximale. Grâce à elles, il est ainsi possible de shooter un sujet en collant l’objectif contre lui.

Une fois l’installation en place, Jeff a pris en photo la surface du ballon en se plaçant à son niveau et il l’a recadré ensuite pour se focaliser sur un plan de 4 mm de large. Une fois ramené à la circonférence de notre planète, cela équivaut à une ligne d’horizon longue d’environ 147 kilomètres.

Or justement, sur sa photo, la courbure du ballon est presque indiscernable à l’œil nu compte tenu du niveau de grossissement utilisé pour la prise de vue. C’est précisément pour cette raison que l’horizon nous paraît le plus souvent plat lorsque nous portons notre regard au loin.

Selon Jeff, cette expérience prouve donc que l’argument de l’horizon plat ne tient pas l’ombre d’une seconde et qu’il ne constitue pas une preuve suffisante pour déterminer la forme de notre planète.

Mots-clés insoliteterre

Fred

Floodeur compulsif, est très actif sur Twitter ou encore sur Facebook. Sachez en outre que la Fredzone a une page sur Google+.