Non, Mars n’est pas en train de subir une éruption volcanique massive

Mars cristallise de nombreux fantasmes chez certains ufologues et ce n’est visiblement pas près de changer. SecureTeam10, une chaîne connue pour s’intéresser davantage aux « scoops » qu’aux faits a en effet publié en début de semaine une nouvelle vidéo évoquant une « éruption volcanique massive » sur la planète rouge, une vidéo basée sur une photo prise par l’ESA.

La vidéo a été mise en ligne par Tyler Glockner, l’éditeur de la chaîne, et elle s’intitule « Something MAJOR Happened On Mars… Are They Hiding It ? ».

Mars ESA

Crédits ESA

Elle suggère donc qu’un événement majeur s’est produit sur la planète rouge, un événement suffisamment grave pour qu' »ils » décident de le cacher.

Quand un ufologue décrit des événements étranges sur Mars…

Plutôt bien montée, la séquence se compose de plusieurs images prises par différentes sondes présentes dans l’orbite de la planète. La première sert de référence et elle se focalise sur le « phénomène majeur » repéré par Glockner, un phénomène se présentant sous la forme d’un panache blanc long de plusieurs centaines de kilomètres.

Les suivantes montrent pour leur part différentes vues de Mars et elles ont principalement pour but de servir la théorie de l’ufologue.

Sans pour autant se montrer trop affirmative, la vidéo suggère en effet que Mars est en proie à une activité volcanique de grande ampleur. Glockner n’en reste cependant pas là. Dans la suite de la séquence, il met en effet en avant l' »étrange » alignement de trois volcans présents à la surface de la planète sans oublier de renvoyer ses abonnés vers plusieurs de ses théories, des théories évoquant, en vrac, l’existence de bâtiments souterrains et de traces laissées par d’anciennes civilisations. Le tout servi par une bande-son très étudiée, bien entendu.

La vidéo finit avec une vue comparative. Glockner compare l’image de l’ESA et une vue sphérique générée par la NASA à peu près à la même date, une vue ne montrant – cette fois – aucune trace ni panache.

Comme souvent, la vidéo de Tyler Glockner a rencontré un franc succès et elle a ainsi été vue près d’un demi-million de fois en l’espace de seulement quatre jours. Impressionnant, n’est-ce pas ?

Certes, mais voilà, le problème, c’est que ce fameux panache n’a rien d’extraordinaire ou même d’étonnant.

… et que la science s’en mêle !

Environ deux jours après la publication de la vidéo, le Dr. Tanya Harrison a effectivement publié un thread complet sur Twitter expliquant avec précision la nature et l’origine de ce panache.

Si ce nom ne vous est pas tout à fait inconnu, c’est parfaitement normal. Tanya Harrison occupe actuellement le poste de directrice de la recherche pour une initiative portée par l’Arizona State University. En parallèle, elle fait aussi partie de l’équipe scientifique de la mission Mars Exploration Rover et elle travaille d’ailleurs sur la mission Mars 2020.

Titulaire d’un doctorat en géologie, elle s’intéresse depuis longtemps à Mars et elle connaît bien la topologie des lieux.

Or justement, comme elle l’explique dans son thread, le panache repéré par Tyler Glockner n’a absolument rien à voir avec un volcan. Il s’agit en réalité de nuages de glace formés au-dessus d’Arsia Mons, l’un des plus gros volcans présents sur la planète rouge.

En outre et comme elle le précise par la suite, ces phénomènes n’ont rien d’inédit.

Ces nuages sont en fait très communs à cette période de l’année et ils sont formés par l’air agglutiné autour des hauts sommets dans un processus similaire à celui qui se déroule sur notre planète.

En effet, à cette période, l’eau a tendance à se condenser dans l’atmosphère et à former du givre. Lorsque la saison devient plus chaude, elle passe alors de l’état solide à l’état vaporeux et forme ce type de panache. Le phénomène est donc connu de longue date et il n’a absolument rien à voir avec une activité étrange ou sortant de l’ordinaire. Ni même avec de prétendues installations souterraines artificielles.

Et comme le dit Scott Brando, l’éditeur du site UFO of Interest, cette histoire illustre finalement assez bien les différences intrinsèques entre la science et les hoax.

Crédits Photo : ESA – Agence Spatiale Européenne

Mots-clés debunkingmars