Non, prendre un selfie avec un rongeur collé sur une bouteille n’a rien de drôle

Raeef Saeed a récemment publié un selfie sur Facebook, un selfie sur lequel il posait aux côtés d’un rongeur collé sur une bouteille en plastique. Il a été sommé de s’expliquer face à un tribunal.

Raeef a une vingtaine d’années et il habite à Sheffield, une ville située au nord de l’Angleterre, au confluent du Don et de la Sheaf. Comme la plupart des gens de sa génération, il est très connecté et il est du coup très présent sur les réseaux sociaux.

Selfie débile

Adepte des selfies, il a partagé au début du mois d’avril une photo sur laquelle il posait aux côtés d’un rongeur collé sur une bouteille en plastique à l’aide d’une colle extra-forte.

Il a collé un rongeur sur une bouteille en plastique et il s’est pris en photo avec

Il pensait sans doute que sa cruauté et sa bêtise lui vaudraient l’admiration de ses pairs, mais cela n’a pas été le cas. Les internautes ont en effet été extrêmement choqués par l’image et l’un d’entre eux a même pris son téléphone afin de prévenir la RSPCA.

La Royal Society for the Prevention of Cruelty to Animals est née en 1824 sous l’impulsion de deux hommes d’exception, William Wilberforce et Richard Martin. Les deux amis souhaitaient défendre la cause animale et ils ont donc eu l’idée de créer une association afin de leur venir en aide.

L’organisation a pris beaucoup d’ampleur au fil des années et elle emploie actuellement des dizaines d’inspecteurs déployés à travers tout le territoire britannique. Ils sont notamment chargés d’identifier les maltraiteurs, de rassembler des preuves et de transmettre ensuite ces informations aux autorités afin qu’elles puissent engager des poursuites.

La RSPCA a donc envoyé un inspecteur au domicile de l’homme.

La RSPCA a immédiatement ouvert une enquête

Ce dernier n’a pas cherché à nier et il a ainsi reconnu qu’il était bien l’auteur de la photo. Il a également affirmé qu’il n’avait pas tué l’animal et que le rongeur était en réalité une souris sauvage attrapée à l’aide d’un piège à glu. Toutefois, les vétérinaires spécialisés consultés par l’association ne sont pas totalement de son avis. Ils pensent en effet que l’animal n’est pas une souris sauvage, mais plutôt un hamster russe.

La fouille rapide effectuée par l’inspecteur semble d’ailleurs confirmer ce point puisque l’homme possédait une cage vide à son appartement.

Il ne s’est cependant pas laissé démonter et il a ainsi affirmé qu’il avait libéré l’animal en le passant sous l’eau après avoir pris la photo.

La RSPCA est moins optimiste pour sa part. Elle pense en effet que l’animal n’aurait pas pu survivre à une telle opération. L’inspecteur a donc constitué un dossier complet et il l’a transmis à un juge des environs. Après avoir examiné les pièces présentées, il a décidé de condamner l’homme à une peine communautaire de 12 mois comprenant quatre-vingts heures de travail non rémunéré. Saeed a également dû verser 280 £ pour les frais de justice.

Une peine assez légère compte tenu de l’extrême cruauté de son acte.

Mots-clés facebookselfiesweb