Non, un bébé extraterrestre n’a pas été retrouvé en Crimée

La Crimée est au centre de toutes les attentions depuis le début de la semaine, et plus précisément depuis que des archéologues ont retrouvé le squelette d’un enfant doté d’un crâne difforme. Certains complotistes n’ont effectivement pas pu s’empêcher d’établir un parallèle avec l’hypothétique venue des extraterrestres sur notre planète.

La Crimée se trouve au sud de l’Ukraine et elle prend la forme d’une péninsule s’enfonçant dans la mer Noire. Réputée pour ses paysages paradisiaques et pour ses vignobles, la région occupe également une place particulière dans le cœur des archéologues.

Bébé

Elle abrite effectivement plusieurs sites anciens. Parmi ces derniers, on peut notamment citer la nécropole située à proximité la ville de Kertch.

La Crimée, une région très appréciée des archéologues

Plusieurs fouilles ont été menées dans la région et des archéologues ont récemment fait le déplacement afin d’effectuer une nouvelle étude plus poussée. Durant leur examen, ils ont découvert plusieurs tombes, dont une habitée par le squelette d’un enfant doté d’un crâne difforme et allongé.

Les photos de la dépouille ont rapidement circulé sur les réseaux sociaux et elles ont très vite trouvé un écho chez les complotistes et certains ufologues peu recommandables. Certains d’entre eux ont même affirmé que la dépouille appartenait à une civilisation extraterrestre avancée.

La réalité des faits est cependant bien différente. Les analyses menées sur place ont ainsi révélé que l’enfant était enterré à cet endroit depuis le deuxième siècle de notre ère. En outre, il était âgé de seulement dix-huit mois au moment de sa mort et des fontanelles apparaissaient ainsi clairement sur son crâne.

Un bébé au crâne déformé a été retrouvé dans une tombe

Ce terme fait allusion à des espaces membraneux séparant les différentes parties du crâne des nouveau-nés. La nature étant bien faite, leur boîte crânienne est en effet capable de s’allonger et de s’écraser pour faciliter leur venue au monde. La fermeture de ces espaces intervient généralement entre dix-huit et trente-six mois.

En outre, durant les premiers siècles de notre ère, de nombreux peuples avaient pour habitude d’effectuer des déformations volontaires du crâne. Cette pratique était en effet une manière de se démarquer des autres peuplades et elle reposant sur un système de bandages appliqués directement sur le crâne des nourrissons.

Selon l’enquête menée par les archéologues présents sur le site, le crâne de cet enfant aurait été soumis à une déformation presque tout de suite après la naissance et c’est précisément ce qui explique son étrange forme.

Mots-clés archéologie