Nous avons laissé environ 181 000 kg de déchets sur la Lune

La Terre n’est plus la seule à faire face au problème de la pollution. La Lune est une autre victime de cette mauvaise habitude que les êtres humains ont de laisser traîner des déchets partout où ils passent.

Ayant exploré la Lune 12 fois seulement, l’homme a déjà laissé environ 181 000  kg de déchets à sa surface. Cette litière lunaire a été formée en grande partie par des éléments laissés par les astronautes de la NASA qui ont visité la surface lunaire pendant le programme Apollo, entre 1969 et 1972.

Les détritus qui se trouvent sur la Lune comprennent plusieurs sondes lunaires, un kit de drapeau, une branche, une plume de faucon et un marteau. Ce sont en grande partie des éléments issus d’une expérience de 1971. Ils ont été utilisés afin de prouver que les objets tombent à vitesse égale indépendamment de la masse.  Par ailleurs, les astronautes qui visitent le satellite terrestre y abandonnent les éléments dont ils n’ont plus besoin.

À tout cela s’ajoutent les débris de plus de 70 engins spatiaux détruits, une fois leurs missions sans équipages terminées, par les agences d’exploration spatiale comme celles du Japon, des États-Unis, de l’Europe, de la Russie et de l’Inde.

Des déchets cumulés suite à des expériences

Croyant au départ que l’extérieur de la Lune ressemblait à des sables mouvants, certains scientifiques ont décidé, au cours des années 1960, d’y envoyer des sondes robotiques afin de s’assurer que les vaisseaux spatiaux pouvaient atterrir sur sa surface.

À la fin de leurs missions, ces sondes lunaires sont restées sur place.

La surface de l’astre est aussi jonchée d’autres engins que les scientifiques ont utilisés pour approfondir leur recherche sur les caractéristiques de ce satellite naturel. Parmi les plus célèbres se distingue le LCROSS. Il s’agit du satellite d’observation et de détection du cratère lunaire qui avait pour mission d’analyser l’hydrogène et certifier la présence de l’eau sur la Lune.

Un acte irresponsable de la part des astronautes

Selon William Barry, chef historien de la NASA, les astronautes d’Apollo n’ont pas réfléchi au fait qu’il fallait ramener sur Terre l’équipement dont ils n’avaient plus besoin. Il a déclaré que « Sur n’importe quel projet d’ingénierie, comme l’atterrissage sur la Lune, vous concevez la mission de faire ce que vous avez besoin de faire et pas beaucoup plus. »

« La vraie préoccupation était : pouvons-nous amener l’équipage en toute sécurité sur la Lune, peuvent-ils obtenir les échantillons dont ils ont besoin et pouvons-nous les ramener en une seule pièce ? » a-t-il ajouté.

Mots-clés espacelune