Nous avons peut-être détecté pour la première fois une collision entre un trou noir et une étoile à neutron

Une équipe d’astronomes vient d’annoncer qu’une collision entre un trou noir et une étoile à neutrons a été détectée grâce aux dernières avancées technologiques. Jusqu’à présent, aucun être humain n’a jamais été témoin d’un tel phénomène. Le signal a été si fort que les astronomes n’en ont pas perdu une miette.

Si l’évènement est confirmé, ce sera la première fois qu’un tel événement est observé depuis la Terre.

Trou noir moléculaire

Crédits Pixabay

L’évènement, appelé S190814bv, a été détecté par les interféromètres LIGO et Virgo, le 14 août dernier. Selon l’analyse initiale, dans quatre-vingt-dix-neuf pour cent des cas, il s’agit d’une collision cosmique. Néanmoins, les scientifiques continuent d’examiner les données et cherchent la lumière émise par l’étoile à neutrons lorsqu’elle a été engloutie.

« Nous aimerions observer un trou noir en train de déchiqueter une étoile à neutrons lors de leur fusion. Cela permettra de connaître le matériau qui constitue les étoiles les plus denses de l’Univers », a déclaré la physicienne Susan Scott de l’Australian National University.

Trouver le rayonnement électromagnétique

Les étoiles à neutrons et les trous noirs sont des restes d’une étoile morte. Toutefois, le plus petit trou noir est cinq fois plus massif que le soleil, tandis que la masse de la plus grande étoile à neutrons ne fait que 2,5 fois celle du Soleil. Peu importe leurs dimensions exactes, l’envergure de leur collision aurait été incommensurable.

À cause de la collision massive, les ondes gravitationnelles se traduisent par des ondulations dans l’espace-temps. Ainsi, les indices sur la formation du système binaire, notamment les masses des objets spatiaux, leur vitesse et leur accélération, sont codés dans les formes des ondes. Toutefois, le plus important serait de trouver le rayonnement électromagnétique.

« Grâce au signal d’onde gravitationnelle, on peut obtenir des informations sur les spins de chaque objet et leur orientation par rapport à l’axe de l’orbite », a déclaré le physicien Peter Veitch de l’Université d’Adélaïde, en Australie.

Un spectacle extraordinaire

Actuellement, l’astronome Ryan Foley et ses collègues utilisent l’Observatoire Keck pour étudier une galaxie située à environ neuf cents millions d’années-lumière de la Terre. Ils pensent que le signal provient de cet endroit et supposent que la collision a généré des radiations électromagnétiques.

« Pour le moment, je pense qu’une étoile à neutrons a été déchiquetée et avalée à l’intérieur du trou noir. En effet, rien ne peut échapper au trou noir. Mais, cela ressemble encore plus à la science-fiction », a déclaré Foley.

Mots-clés astronomietrou noir