Facebook vient de revoir ses conditions d’utilisation

Facebook attire chaque jour des centaines de millions de personnes réparties aux quatre coins du monde. Elles ne le savent pas mais elles doivent nécessairement se soumettre aux conditions d’utilisation fixées par l’entreprise sous peine de voir leurs publications – parfois leur compte – disparaître comme par enchantement. Et justement, le géant des réseaux sociaux vient de les dépoussiérer, avec pas mal de changements à la clé.

Enfin, ce n’est pas tout à fait exact. Dans le fond, rien ne change mais le service a tout de même tenu à clarifier sa position vis à vis de certains contenus, tout en facilitant la lecture de ses conditions.

Conditions utilisation Facebook

Facebook vient de dépoussiérer ses conditions d’utilisation. Le moment est venu de faire un point rapide.

Ces derniers se structurent ainsi désormais autour de quatre commandements points : la sécurité de l’utilisateur, le respect, les données privées et la protection intellectuelle. Vaste programme que voilà.

Facebook veut notre sécurité

Pas de grosse surprise ici. Facebook craint pour la santé de ses utilisateurs et il est visiblement prêt à tout pour conserver leur intégrité physique. Il s’arroge donc le droit de supprimer sans préavis les comptes et les contenus présentant un risque pour autrui.

Sont concernées :

  • Les menaces directes faites par une personne envers une autre personne.
  • Les personnes faisant l’apologie du suicide ou de l’auto-scarification.
  • Les organisations criminelles et/ou terroristes.
  • Les personnes souhaitant ternir la réputation d’une autre personne.
  • Les personnes souhaitant ternir la réputation d’une personnalité publique.
  • Les personnes cherchant à exploiter sexuellement une autre personne.
  • Les personnes souhaitant vendre de la drogue sur la plateforme.

Facebook veut que nous nous respections

Beaucoup de gens pensent qu’ils peuvent tout se permettre sur internet. Que les conséquences ne sont pas les mêmes que dans la vraie vie. Ils ont peut-être raison, mais Facebook ne l’entend pas de cette oreille et la plateforme souhaite tout faire pour que nous apprenions à nous respecter. Elle interviendra ainsi dans des cas très spécifiques.

Sont concernés :

  • Les contenus présentant de la nudité. (*)
  • Les discours de haine racistes et/ou homophobes.
  • Les contenus faisant l’apologie de la violence.

(*) : Les créations artistiques ne sont – heureusement – plus concernées par cette mesure, pas plus que les photos présentant une femme en train d’allaiter.

Facebook veut que nous utilisions notre vrai nom

Facebook ne s’en est jamais caché, il souhaite que les internautes utilisent leur véritable identité pour accéder au service. Les pseudonymes n’ont pas leur place sur la plateforme et ma compagne en a d’ailleurs fait les frais récemment lorsqu’elle a vu son compte personnel transformé en page.

Sont concernées :

  • Les personnes utilisant des pseudonymes.
  • Les personnes cherchant à accéder aux données personnelles de leurs amis.

En marge, Facebook évoque aussi une série de mesures pensées pour les personnes devant faire face à la disparition d’un proche.

Facebook veut protéger la propriété intellectuelle des ayants-droit

Facebook ne plaisante pas non plus avec la propriété intellectuelle. Il le rappelle dans ses conditions d’utilisation, en indiquant que vous devez nécessairement avoir les droits sur ce que vous partagez. Cela vaut pour les photos, mais aussi pour les vidéos naturellement. La question que l’on peut légitimement se poser, c’est de savoir ce qui se passera si un utilisateur partage… des bandes-annonces par exemple. Ou même des clips musicaux.

Là, c’est simple. Si les ayants-droit en font la demande, alors la publication pourra être supprimée par la plateforme.

Si vous voulez plus d’informations sur ces points, sachez que les conditions d’utilisation de Facebook se trouvent à cette adresse.

Mots-clés facebookweb