Nvidia : vers des puces entrée et milieu de gamme dépourvues de Ray Tracing ?

Après les lancements successifs de ses RTX 2080 TI, 2080 et 2070 en septembre et octobre dernier, Nvidia profitera à n’en point douter des premiers mois de 2019 pour lever le voile sur ses modèles abordables, proposés (du moins, espérons-le) bien en dessous de la barre des 400 euros. Une perspective qui s’accompagne toutefois d’une grande question : comment les verts parviendront-ils à faire baisser l’addition par rapport aux cartes de génération Turing déjà lancées ?

Une partie de la réponse pourrait venir des technologies embarquées. D’après le site chinois ExpReview (via Cowcotland) Nvidia serait disposé à laisser tomber ses RT Cores (en charge du Ray Tracing sur les puces RTX) sur certaines références en vue de diminuer drastiquement leur coût de fabrication. A ce petit jeu, les Tensor Cores pourraient également tirer leur révérence sur les modèles les plus accessibles. L’objectif serait notamment de s’aligner sur l’offre entrée / milieu de gamme d’AMD, qui ne proposera pas non plus de Ray Tracing ou de DLSS.

Et si Nvidia nous proposait, début 2019, des cartes graphiques plus abordables, dépourvues de Ray Tracing ? Il s’agirait d’une piste explorée par la firme pour diminuer ses coûts de production.

Reste alors à savoir ce que le constructeur au caméléon nous prépare en silence. En suivant la logique d’un dégraissage d’envergure des puces RTX, Nvidia pourrait choisir de faire revenir sur le devant de la scène des puces « GTX », mais de génération Turing. Au travers de cette dénomination héritée des générations de GPUs précédents, le fondeur américain chercherait à différencier clairement les modèles dotés de RT / Tensor Cores, des références allégées… qui en seraient fatalement dépourvues.

Vers une GTX 1660 Ti ou 1160 en début d’année 2019 ?

La première puce « castrée » de Nvidia prendrait le nom soit de GTX 1160, soit de GTX 1660 Ti, pour marquer sa différence avec les modèles Turing lancés ces derniers mois. On apprend qu’elle disposerait d’un nouveau GPU (un certain « TU116 »), embarquant 1920 unités de calculs et 240 Tensor Core. Les RT Cores, eux, seraient supprimés dans une logique de réduction des coûts de production. La mémoire GDDR6 serait, elle, toujours d’actualité en revanche.

Ce GPU (dont l’existence même est pour l’heure loin d’être assurée), reprendrait dans les faits le gros des spécificités de la RTX 2060, attendue en janvier… mais avec les RT Cores en moins. Il pourrait faire également l’impasse sur les Tensor Cores pour arriver sous la barre des 250 euros sur le marché. Le Gaming en 1080p serait alors en ligne de mire, au même titre que les futures cartes entrée / milieu de gamme d’AMD prévues elles aussi pour les premiers mois de 2019. Une chose est certaine, sur le marché du GPU grand public, le premier trimestre 2019 risque fort d’être croustillant.