Clicky

Ocean Cleanup : le grand nettoyage va pouvoir commencer

Durant les six derniers mois, les ingénieurs d’Ocean Cleanup n’ont pas chaumé. Ils les ont passées à reconstituer l’infrastructure qui permettrait de ramasser les déchets plastiques sous-marins et de les emmagasiner dans des barrages flottants. L’idée avait été évoquée pour la première fois lors d’une conférence TED Talk par un étudiant néerlandais en ingénierie aérospatiale, Boyan Slat, en 2012. A cette époque, il n’avait que 17 ans.

Aujourd’hui âgé de 24 ans, le petit génie est devenu un entrepreneur se trouvant à la tête d’une centaine d’experts. L’assemblage du système de nettoyage a eu lieu dans une ancienne base navale à San Francisco et a été achevé le week-end dernier. Cette première infrastructure va être déployée le 8 septembre 2018 et sera embarqué par un navire de la compagnie Maersk Launcher.

OceanCleanup

Le système a été baptisé Wilson, en référence au célèbre volleyball du film Cast Away. Il devra récurer les mers d’Alcatraz, sous le Golden Gate Bridge et dans l’océan Pacifique.

Éliminer 90 % du plastique des océans avant 2040

Également surnommé Système 001, ce barrage sera le premier d’une flotte qui permettra de collecter et de nettoyer 50% du remblai d’ordures du Grand Pacifique tous les cinq ans.

Notons qu’à l’initial, Boyan Slat pensait pouvoir éliminer la plupart des déchets en utilisant les courants marins pour piéger le plastique dans un barrage flottant. Il avait imaginé un barrage d’une centaine de kilomètres de long fixé au fond de l’océan.

L’objectif de l’association consiste désormais à éliminer 50 % du vortex en cinq ans et 90 % du plastique des océans avant 2040. Au cours des cinq dernières années, assisté par son équipe, le jeune patron Ocean Cleanup a également affiné sa stratégie.

Finalement, les ingénieurs ont conçu une barrière en forme de U, long de 600 m, avec une sorte de jupe suspendue au-dessous. Le dispositif fonctionne grâce à l’énergie du vent, des courants marins et des ondes de surface.

Un budget de 20 millions de dollars

Grâce à un financement participatif, le projet a conquis deux millions de dollars. Avec l’appui de quelques personnalités de la Silicon Valley et d’autres investisseurs, Ocean Cleanup dispose aujourd’hui d’un budget de vingt millions de dollars.

Le dispositif sera bientôt lancé dans la baie de San Francisco, à plus de 1 800 kilomètres du « septième continent » de déchets dans le Pacifique nord.

De nombreuses critiques ont été émises concernant l’efficience du projet. Ce premier test en conditions réelles sera certainement suivi de près par les médias du monde entier.

Mots-clés écologie