Si vous utilisez l’Oculus Rift, alors Facebook a le droit de récupérer des infos sur vos mouvements et de les exploiter

L’Oculus Rift n’est pas franchement donné. Avec un ticket d’entrée fixé à 699 € sans les frais de port, c’est même un des casques à réalité virtuelle les plus chers du marché. Il faut croire que cela ne suffisait pas à Facebook car la firme se réserve aussi le droit de collecter et d’exploiter toutes les données relatives… aux mouvements de l’utilisateur. Et là, tout de suite, c’est beaucoup moins drôle, n’est ce pas ?

Sur le papier, le casque a tout pour plaire. Il est plutôt bien fait de sa personne, il est puissant et il s’inscrit en plus dans un véritable écosystème avec de nombreuses applications et même quelques titres pas déplaisants pour un sou.

Conditions Oculus Rift

Avant de vous extasier, il sera peut-être préférable de lire les conditions d’utilisation du casque.

Oui, mais il n’est pas non plus exempt de défaut et son plus gros problème, finalement, c’est qu’il a forcément besoin d’un PC (puissant) pour fonctionner correctement.

L’Oculus Rift a sans doute plein de qualités, mais il n’est pas parfait pour autant

Malgré tout, l’Oculus Rift a fait sensation et l’entreprise a même enregistré plusieurs milliers de commandes dans les premières heures de son lancement. Les premiers acheteurs ont d’ailleurs commencé à recevoir le casque et certains d’entre eux se sont amusés à examiner attentivement les conditions d’utilisation fixées par la marque.

Ils doivent le regretter amèrement car ces fameuses conditions sont assez… particulières. Et encore, c’est un doux euphémisme.

Comme évoqué un peu plus haut, Oculus VR se réserve effectivement le droit de recueillir des informations portant sur les mouvements mais également sur l’activité de ses utilisateurs.

Bon, il n’est sans doute pas le premier à le faire mais ce n’est pas fini car Facebook aura aussi le droit d’accéder à ces informations.

Le contenu que vous allez créer pour le casque ne vous appartiendra pas

Il ne faut effectivement pas oublier que l’entreprise de Palmer Luckey a été rachetée par le géant des réseaux sociaux en mars 2014 pour la modique somme de 2 milliards de dollars.

Mark Zuckerberg et ses associés – pardon, ses actionnaires – ont visiblement l’intention de rentabiliser leur investissement car les clauses d’utilisation du casque stipulent aussi que ces données pourront être revendues aux annonceurs sans nécessiter l’accord de l’utilisateur.

Sympa, non ? Certes, et ce n’est pas fini car ces fameuses conditions d’utilisation indiquent en plus que les utilisateurs renonceront à leurs droits sur tout le contenu créé pour l’Oculus Rift. L’entreprise aura ainsi le droit d’exploiter librement et gratuitement vos innovations, mais aussi de les vendre à un tiers. Le délire complet.

Quelque chose me dit que cela risque de ne pas faire plaisir à tout le monde.