Oculus Rift : Zenimax réclame deux milliards à Facebook

Oculus VR a été racheté par Facebook en 2014, pour une somme fixée à deux milliards de dollars. Depuis, l’entreprise a lancé son casque et ce dernier est très vite parvenu à trouver sa place sur le marché. Il a même acquis une certaine notoriété au fil de ces derniers mois. Toutefois, depuis ce rachat, le géant des réseaux sociaux doit faire face à de vives critiques.

Peu de temps après le rachat de l’entreprise, Zenimax a effectivement accusé Palmer Luckey d’avoir volé sa technologie pour développer le casque de l’entreprise.

Procès Oculus VR

Zenimax attaque Oculus VR en justice.

Basée à Rockville, dans le Maryland, Zenimax développe, édite et distribue de nombreux titres. Elle a procédé à de nombreux rachats au fil de ces dernières années et elle a notamment mis la main ID Software en 2009.

Oculus VR et Zenimax, une histoire qui remonte à un moment

John Carmack est donc venir grossir les rangs de l’entreprise à cette date.

Lorsque Palmer Luckey a commencé à travailler sur son premier prototype, il a pris l’habitude de fréquenter un forum dédié à la chose. Le père de Doom fréquentait lui aussi ce site et Zenimax l’a accusé d’avoir transmis des informations confidentielles à l’inventeur californien. Des informations, mais aussi un prototype inachevé d’un casque de réalité virtuelle.

Toujours d’après l’entreprise,  Luckey s’en serait servi pour créer la toute première version de son casque, une version qui a servi de socle technique pour la version commerciale du casque.

Pour ne rien arranger, Carmack a quitté Zenimax par la suite et il a alors été engagé chez Oculus VR comme directeur de la technologie.

John Carmak aurait volé des données en quittant Zenimax

Il ne serait cependant pas parti les mains vides et il aurait ainsi emmené avec lui de nombreuses données appartenant à la société. Selon Zenimax, ces informations volées par l’ancien cofondateur d’ID Software ont été utilisées pour le développement du casque et elles lui ont même permis de rencontrer le succès.

Dans ce contexte, l’entreprise réclame pas moins de deux milliards de dollars au nouveau propriétaire de l’entreprise, Facebook pour ne pas le citer, en contrepartie. Tony Sammi, l’avocat de l’entreprise, compte d’ailleurs appeler à la barre de nombreux témoins et notamment le PDG de l’entreprise américaine, Mark Zuckerberg.

Le procès qui opposera ZeniMax à Facebook durera environ trois semaines et il devrait permettre d’éclaircir toute l’affaire.

Mots-clés justiceoculus rift