Oman ou l’histoire de la civilisation antique oubliée

Depuis 2007, des scientifiques français mènent des recherches archéologiques sur un site où ont été découvertes les traces d’une civilisation antique née il y a 5 000 ans. Le site se trouve près des villes d’Adam et de Saloute dans le Sultanat d’Oman, à l’est du désert d’Arabie.

Si pour l’heure on ne sait presque rien de cette mystérieuse civilisation, tout porte à croire cependant qu’elle avait un niveau de développement comparable à celui des civilisations voisines de Mésopotamie et d’Iran.

Une technologie ancienne de pointe

L’équipe de scientifiques français mène des fouilles d’envergure sur des tours monumentales construites par une civilisation ancienne dont on ne sait presque rien. La fonction des structures que cette civilisation a laissées reste également un mystère, comme l’explique une vidéo publiée par le CNRS. Pour réussir à prospérer dans un environnement aussi hostile à la vie, ce peuple a apparemment réussi à mettre au point des technologies de gestion de l’eau révolutionnaires. Ce sont ces technologies que les archéologues tentent de comprendre.

Les scientifiques concentrent actuellement leurs recherches sur les restes d’une tour de 30 mètres de diamètre, entourée par un triple mur de trois mètres d’épaisseur. Des murs en briques crues ont également été découverts par les archéologues à l’intérieur de la structure. Ils ont par ailleurs trouvé deux fossés extérieurs qui ont été creusés tout autour de l’édifice.

À quoi pouvait servir cette tour complexe ?

Pour l’heure, les scientifiques français essaient encore de comprendre le fonctionnement de cette tour. Des structures similaires ont été retrouvées dans la région avec des puits d’eau potable en leur centre. Les scientifiques pensent donc que la tour en question devait en avoir un lui aussi, reste maintenant à le trouver. Dans une région aussi aride que l’est du désert d’Arabie, l’eau est une denrée précieuse qu’il faut préserver à tout prix.

Les scientifiques suggèrent donc que la tour et ses fortifications avaient pour but de protéger une source d’eau potable.

Toutefois, compte tenu des dimensions et des caractéristiques architecturales de la structure, les archéologues n’excluent pas l’hypothèse qu’elle ait pu aussi servir à autre chose, comme le stockage d’aliments, des activités socio-économiques, voire des rituels.

Mots-clés archéologie