On sait enfin pourquoi des hommes envoient des dick pics

À l’ère des smartphones et des réseaux sociaux, les modes de communication ont radicalement changé. Ce changement est tel que certains n’éprouvent même plus le besoin d’utiliser des mots pour communiquer, mais préfèrent envoyer des photos. Étant donné qu’une photo vaut mille mots, cela n’a rien de bien étonnant. Toutefois, cela dépend du genre de photos qu’on reçoit.

Récemment, on a remarqué que les dick pics étaient de plus en plus prisés par la gent masculine.

Dick pic

Crédits Pixabay

Par dick pics, veuillez comprendre : photos de pénis. Si pour certains, les gens qui envoient ce genre de photos entrent directement dans la case des pervers sexuels, des chercheurs n’ont pas voulu se contenter de cette première impression et ont voulu creuser plus loin.

L’objet de leurs recherches a même été publié dans The Journal of Sex Research et nous permet d’en savoir plus sur cette nouvelle tendance.

Une photo contre une autre photo ?

Match.com a mené une étude qui a permis de découvrir que 53 % des femmes interrogées par ses soins ont déjà reçu une dick pic. Du côté de la gent masculine, 47 % des hommes ont admis avoir déjà envoyé ce genre de photo.

D’après les chercheurs qui ont réalisé l’étude publiée dans The Journal of Sex Research, les hommes qui envoient des dick pics ne seraient pas forcément des détraqués sexuels. Pour eux, cette pratique serait surtout une transaction. Pour faire plus simple : ils envoient des photos de leur engin dans l’espoir d’obtenir en retour un nude (photo dénudée).

Plus si affinité ?

L’objectif principal de ces messieurs est certes de recevoir des photos en tenue légère de leur destinataire, mais il n’y a pas que ça ! En envoyant des photos de leur membre, les hommes espèrent également pouvoir initier une discussion plus chaude avec leur interlocutrice, c’est-à-dire un échange de sextos.

La recherche publiée dans The Journal of Sex Research a indiqué qu’il était important de faire la différence entre les dick pics sollicitées et celles qui ne le sont pas. Dans le deuxième cas de figure, cela peut en effet être catégorisé comme du harcèlement et des abus sexuels. Malheureusement, ce genre de pratique est de plus en plus courant sur les réseaux sociaux ou via les applications de rencontres.

Mots-clés insolite