Ils ont créé un opiacé synthétique avec de la levure

Fabriquer des opiacés synthétiques n’est pas une tâche aisée. Il faut commencer par identifier les bonnes enzymes et être ensuite capable d’imiter le processus de production du pavot à l’opium. Pas simple, mais des biologistes de l’université de Sanford viennent de faire une découverte qui pourrait tout changer.

Ce n’est même rien de le dire car ils sont parvenus à créer un opiacé de synthèse en s’appuyant… sur de la levure de boulanger. Incroyable, non ?

Opiacé synthétique

Il suffit d’un peu de levure pour créer un opiacé synthétique. Enfin presque.

Certes, mais il est important de préciser qu’ils n’ont pas utilisé une souche naturelle. En réalité, ils ont commencé par modifier génétiquement leur souche de levure pour produire ensuite de la thébaïne.

De la levure à la thébaïne

Si vous ne connaissez pas ce mot, alors sachez que la thébaïne est un alcaloïde (molécule azotée d’origine végétale) présent dans l’opium. Il est assez proche de la codéine et de la morphine et il est utilisé dans pas mal de médicaments différents comme l’oxycodone ou l’hydrocone.

On en trouve notamment dans la Vicodin du Docteur House.

Alors bien sûr, le processus est perfectible et il faudra sans doute attendre quelques mois avant qu’il ne puisse être appliqué par l’industrie pharmaceutique, mais les implications sont énormes. En réalité, cette levure génétiquement modifiée pourrait nous permettre à terme de créer de nouveaux analgésiques avec moins d’effets secondaires.

Intéressant, mais le meilleur reste à venir car l’opiacé obtenu par ces biologistes serait aussi moins sensible à l’effet de dépendance. Au final, il pourrait changer la vie de nombreux malades.

Si vous voulez en savoir plus, alors vous pouvez suivre ce lien pour accéder à l’article publié dans la revue Science. Il détaille tout le processus de fabrication et les différentes étapes qui ont conduit à la production de cet opiacé de synthèse.

A présent, c’est sûr, je ne verrai plus jamais ma boulangère de la même façon.

Mots-clés génétiqueinsolite