Non, Opportunity ne s’est pas (encore) réveillé

En juin dernier, une tempête de poussière a sévi sur la planète rouge. Le rover Opportunity de la NASA, qui inspecte Mars depuis 2004, en a été affecté. Recouvert de poussière, l’engin ne pouvait plus recharger ses batteries à travers ses panneaux solaires. Il s’est alors mis en mode hibernation. Les chercheurs de la NASA espèrent que la poussière soit emportée par des vents saisonniers de « la saison de dépoussiérage », entre novembre et janvier.

Le 15 novembre dernier, après cinq mois de silence, le rover de la NASA semble s’être réveillé et avoir envoyé des données vers la Terre. Ces signaux ont intrigué aussi bien les experts de l’agence spatiale américaine que les scientifiques du monde entier et de l’espace. Il s’agit d’une émission descendante extrêmement lente, soit de 11 octets par seconde.

Opportunity Mars

Le Jet Propulsion Laboratory de la NASA toutefois précisé ces données peuvent être de faux positifs, ou bien des traces de données envoyées précédemment, mais qui n’ont pas encore été transmises à la Terre.

Les signaux ne proviennent pas d’Opportunity

Les signaux ont été reçus par le système de communications spatiales profondes (DSN) de la NASA. Le Jet Propulsion Laboratory a souligné que, d’après une enquête approfondie, « ces signaux ne constituent pas une transmission d’Opportunity ».

« Aujourd’hui [le site Web Deep Space Network] a montré ce qui ressemblait à un signal provenant d’Opportunity », a déclaré JPL dans un tweet. « Même si nous aimerions dire que c’était un moment #OppyPhoneHome, des investigations ultérieures montrent que ces signaux ne sont pas une transmission Opportunity. »

« Des données de test ou de faux positifs peuvent donner l’impression qu’un rover spatial donné est actif sur le site Web de Deep Space Network. »

Opportunity nous manque

« Opportunity nous manque, et nous serions ravis de partager un signal vérifié. Notre travail de rétablissement des communications se poursuit », a poursuivi le JPL dans un autre commentaire.

Notons que, initialement, le rover de la NASA devait accomplir une mission de quatorze ans sur la planète rouge. Cependant, ce délai est déjà dépassé de quatre-vingt quatorze jours.

Mots-clés marsopportunity