Orange Business EveryWhere

Rester connecté en permanence, c’est un peu le rêve de tous les Geeks. Et c’est sans doute ce qui explique le nombre conséquent d’offre en matière de mobilité 3G+. Forcément, l’opérateur historique n’est pas en reste et propose la solution Business EveryWhere à tous ceux qui souhaitent profiter d’une connexion internet quel que soit l’endroit où ils se trouvent. Oui et justement, figurez-vous que votre humble serviteur a eu l’occasion de tester Orange Business EveryWhere pendant un mois complet et que ça valait bien un article.

Note : Dans le pack qui m’a été prêté étaient fournis un Samsung N150 ainsi qu’une puce Orange. Durant ce test, nous nous intéresserons à ces deux éléments.

Samsung N150, un netbook solide mais pas sans défaut

Le Samsung N150 a été l’un des premiers netbooks du marché à intégrer la plateforme Intel ATOM N450. A la fois élégant et raffiné, il est doté d’une coque noire brillante (attention aux tâches de doigts) et propose un encombrement très faible. Notons d’ailleurs qu’il tranche complètement avec le format Seashell adopté sur les derniers netbooks commercialisés par Asus.

Côté spécifications, le Samsung N150 embarque :

  • Un écran mat de 10,1 pouces (1024×600).
  • Processeur Intel ATOM N450 @1,66 Ghz.
  • Processeur graphique Intel GMA 3150.
  • 1 Go de RAM.
  • 160 Go d’espace disque.
  • 3 ports USB 2.0.
  • 1 lecteur de cartes.
  • 1 sortie VGA.
  • 1 port Ethernet, WiFi, slot pour carte SIM, Bluetooth.
  • Windows 7 Starter.

Le tout pour des dimensions de 264 x 27 x 188 mm et un poids tout léger de 1,26 Kg. Précisons qu’il est en plus équipé d’une batterie 6 cellules  4400 mAh qui lui confère une excellente autonomie presque équivalente à celle de mon EEE PC 1005PE, soit 7 ou 8 heures pour une utilisation standard. Attention cependant car l’autonomie chute brutalement à 4 ou 5 heures si la connexion 3G/3G+ est activée.

La grande force du Samsung N150 comparé à la concurrence (tous les netbooks se ressemblent), c’est son écran mat. On peut travailler en plein soleil sans craindre aucun reflet. C’est un point très important et finalement la seule faiblesse de mon EEE PC. Précisons en outre que le traitement mat concerne tout l’intérieur de l’appareil et on se demande pourquoi le constructeur n’en a pas fait pour autant pour sa coque.

En revanche, le gros point noir reste son clavier. Quand on a l’habitude du clavier proposé par les EEE PC, on se prend une véritable douche froide. C’est le jour et la nuit, le clavier du Samsung N150 est trop petit. Si les touches sont relativement espacées, leur bord arrondi prête à confusion et a tendance à engendrer de nombreuses fautes de frappe. Alors certes, un netbook n’est pas une machine de production, c’est évident, mais le confort de saisie reste primordiale.

Le touchpad du Samsung N150 est quant à lui beaucoup mieux conçu. Il embarque des fonctionnalités tactiles évoluées (multitouch) et ses boutons sont très agréables à utiliser, bien plus que ceux de mon EEE PC. Un véritable régal, donc, qui ravira tous ceux qui passent beaucoup trop de temps dans le train et qui n’ont pas toujours la possibilité de connecter une souris à leur appareil.

Orange Business EveryWhere, pour être connecté partout tout le temps

Il suffit d’ôter la batterie du Samsung N150 pour dévoiler un port supplémentaire. C’est ici que viendra se loger la carte SIM fournie par l’opérateur Orange et vous permettant d’accéder à internet de n’importe quel endroit. Oui enfin attention tout de même car la couverture 3G+ ne s’étend pas à l’ensemble du territoire. C’est un point important, les novices pensent souvent le contraire.

Précisons que le Samsung N150 embarque un outil maison, le logiciel Business EveryWhere. Ce dernier vous permet de vous connecter très facilement à un hotspot WiFi ou au réseau 3G/3G+ si ce dernier est disponible. L’interface est plutôt conviviale et pourra parfaitement convenir à des utilisateurs novice. Les plus expérimentés d’entre eux, en revanche, passeront très vite à autre chose. Et vous allez très vite comprendre pourquoi.

Car en effet, le logiciel Business EveryWhere accumule les mauvais points. Pour commencer, il met plusieurs secondes à charger. Et lorsqu’on a besoin de se connecter rapidement pour relever ses mails, c’est relativement pénible. Le pire, c’est que l’outil a tendance à planter de manière inopinée, notamment lorsque l’appareil sort de veille.

Point très positif en revanche, l’outil intègre également un système d’alerte qui se déclenche lorsque vous arrivez à la limite de votre forfait (dans le cas où vous n’auriez pas souscrit à l’offre illimitée).

Orange Business EveryWhere, les tarifs

Et on en vient finalement au coeur du problème : le prix. Car soyons clair, la mobilité a un coût et ce dernier n’est vraiment pas donné. Trois forfaits sont assez proposés :

  • Le forfait limité sans engagement. Si vous vous connectez ponctuellement, vous pouvez opter pour un pass pour 20 minutes, 2 heures ou une journée. Ces derniers sont disponibles à partir de 3 € HT et vous avez la possibilité de le résilier quand bon vous semble.
  • Le forfait ajustable. Si vous vous connectez de temps en temps, vous pouvez choisir ce forfait. Comme son nom l’indique, il s’ajuste automatiquement de 15 Mo à un palier illimité en fonction de votre consommation
  • Le forfait illimité. Spécialement dédié à ceux qui feront une grosse consommation de leur solution EveryWhere. Notons cependant que ce dernier coûte 39 € par mois et qu’il est nécessaire de s’engager durant 24 mois.

Que ce soit pour le forfait ajustable ou pour le forfait illimité, nous pouvons préciser que ces deux derniers donnent également accès aux 30.000 hostspots WiFi Orange.

Et c’est finalement sur ce point que le bât blesse. 39 € pour un forfait illimité en 3G / 3G+, c’est tout simplement excessif. Le pire, sans doute, c’est de penser que les mobiles les plus récents sont parfaitement capables de faire office de modem mais que la plupart des opérateurs interdisent ce type d’usage. Alors même qu’un forfait mobile coûte généralement une soixantaine d’euros et pourrait parfaitement intégrer ce type de service sans que les opérateurs n’en souffrent trop.

Bien sûr, le forfait Orange Business EveryWhere, comme son nom l’indique, s’adresse aux professionnels, aux entrepreneurs.

Ce qui n’excuse rien et qui me fait penser à La Poste qui va facturer des services identiques aux professionnels plus chers qu’aux particuliers, tout simplement parce qu’il s’agit de professionnels. Autant dire que c’est le genre de choses qui a tendance à en énerver quelques uns, ce que l’on peut facilement comprendre.

Toujours est-il qu’à ce prix là, Orange Business EveryWhere n’est pas une solution viable de mon point de vue. Certes, pouvoir surfer de n’importe où dans le monde (en théorie) est plutôt séduisant mais à ce prix, je préfère largement me contenter de mon mobile et attendre de me trouver à proximité d’un réseau WiFi quelconque pour sortir mon EEE PC et surfer dans de meilleures conditions.

Toutes les photos sont disponibles sur la page Facebook de la Fredzone