Orange : la 5G en test à Marseille dès 2019

Plus belle la vie ! La 5G d’Orange débarquera – en test – à Marseille dès 2019, du moins pour un échantillon limité à 500 heureux élus, tous résidents de la cité phocéenne et sélectionnés par Orange. C’est ce que l’on apprenait d’une succession de tweet publiés en début de semaine par Orange PACA, à l’occasion d’un événement tenu par l’opérateur sur les Terrasses du Port. Orange y détaillait notamment les grandes lignes de son plan de bataille pour les prochains mois et en profitait pour démontrer des bienfaits de la 5G à ses invités.

Outre les tests réalisés à Marseille, la 5G d’Orange devrait également être mise à l’essai dans d’autres métropoles françaises, dont Nantes, Lille et bien sûr Paris. L’opérateur a par ailleurs précisé s’appuyer sur l’expertise de l’équipementier finlandais Nokia pour propulser sa mouture de la nouvelle génération de réseau mobile. Un partenariat en vigueur depuis quelques mois déjà, Orange ayant indiqué avoir commencé à « expérimenter » sa 5G à Marseille en juillet dernier.

Dès l’année prochaine, Orange proposera à un échantillon de 500 marseillais de tester la 5G, pour de vrai, avant le déploiement commercial de ce nouveau réseau à partir de 2020.

En s’associant au géant finlandais des télécoms, l’opérateur européen semble en tout cas s’inscrire, du moins en France, dans une certaine défiance vis-à-vis Huawei, l’un des leaders en matière d’équipements 5G. Ce n’est probablement pas une approche anodine, l’Allemagne ayant ainsi déjà émis des réserves quant à un éventuel accord avec Huawei pour développer le réseau 5G de l’autre côté du Rhin. Même démarche aux États-Unis, où l’administration Trump pousse – par crainte d’un éventuel espionnage chinois – les opérateurs américains à privilégier des accords avec Nokia ou Ericsson, le rival suédois de Nokia sur ce marché.

La 5G un enjeu majeur pour les opérateurs français d’ici 2020

Dans l’Hexagone, Orange n’est toutefois pas le seul à pousser ses pions sur le secteur de la 5G. Free compte également se tailler au plus tôt une part de ce gros gâteau, véritable levier de croissance pour les prochaines années. Fin novembre, au travers d’un communiqué pour le moins discret, repéré par UniversFreebox, la firme de Xavier Niel expliquait avoir commencé à installer, également à Marseille, une antenne relais « émettant sur les bandes de fréquences 700/900/1800/2100/2600 MHz pour contribuer à la couverture (…) en 3G et 4G et 5G ».

Pour les opérateurs français, comme pour leurs confrères européens et internationaux, les préparatifs sont plus que jamais primordiaux pour parvenir à déployer progressivement la cinquième itération du réseau cellulaire. Prévue pour l’horizon 2020, et d’abord dans les grands pôles urbains, la 5G promet notamment des débits jusqu’à 10 fois supérieurs à ceux de la 4G, mais aussi un temps de latence plus faible, ainsi qu’un plus grand nombre de connexions sur une même antenne… sans trop compromettre la qualité du débit. Reste que, pour l’heure, le nombre de mobiles prenant en charge la 5G est particulièrement restreint.

Une réalité qui devrait évoluer au cours de l’année 2019 (avec Huawei et Samsung, notamment), et par la suite – Apple et ses iPhone n’étant pour leur part attendus sur le secteur qu’à compter de 2020.

Mots-clés 5Gmarseilleorange