Order & Chaos Online : le test du MMO de l’AppStore !

Enfin… Enfin… Enfin ! Après plusieurs semaines d’attente, Order & Chaos Online est enfin disponible sur l’AppStore. Oui, les amis, vous avez bien lu, il s’agit bien du tout premier MMORPG réalisé pour l’iPhone, l’iPod Touch et l’iPad. Un titre développé par Gameloft et qui a déjà fait couler pas mal d’encre. Autant dire que dans ce contexte, votre humble serviteur ne pouvait pas faire autrement que de céder à la tentation et vous allez pouvoir découvrir dans la suite de l’article mes toutes premières impressions au sujet de ce titre hors norme.

Tarif et abonnements

En règle générale, quand on parle de MMORPG, on pense tout de suite à l’abonnement mensuel derrière. Mise à part quelques rares exceptions (les jeux gratuits, mais également certains jeux payants genre Guild Wars), ils le font tous et on se demandait justement s’il allait en être de même pour Order & Chaos Online. Et forcément, c’est complètement le cas. En plus des 5,49 euros que vous devrez verser à l’éditeur pour avoir le droit de télécharger Order & Chaos Online, il sera nécessaire de vous acquitter d’un abonnement mensuel. Différentes formules sont bien entendu proposées, pour 0,79 euros vous aurez droit à un mois de jeu, pour 1,59 euros vous aurez droit à trois mois et si vous débourser 2,39 euros, alors vous pourrez jouer pendant six mois.

Forcément, le fait même de devoir payer un abonnement mensuel pour jouer à un MMORPG doit certainement en dérouter plus d’un  mais les tarifs proposés par Gameloft sont franchement très abordables. Finalement, pour le prix d’un jeu, vous pourrez monter votre personnage pendant six mois consécutifs et, comme nous allons le voir dès maintenant, on peut dire que Order & Chaos Online le mérite amplement.

Réalisation graphique

Les amis, il faut être clair, Order & Chaos Online est franchement très beau. Comme le laissaient entendre les différentes vidéos qui ont circulé avant la sortie définitive du titre, ce jeu s’inspire énormément de World of Warcraft. Pour tout vous dire, Gameloft n’est pas passé bien loin du plagiat et nul doute que si les avocats de Blizzard se penchaient sur l’affaire, alors le premier MMORPG de l’AppStore aurait de fortes chances de s’en prendre plein les dents. Bien sûr, ce n’est pas bien de copier, mais en même temps c’est aussi ce qui fait sa force. Avoir l’impression de jouer à WOW sur son iPad, c’est une sensation plutôt agréable.

Entre les graphismes, les effets visuels et les animations (notamment celles des monstres et des personnages), on peut donc dire que Order & Chaos met la barre très haut. Et même si l’on est très loin de ce que l’on peut trouver sur Xbox 360 ou sur PlayStation 3, il n’empêche que le résultat est tout bonnement saisissant.

La création du personnage

Comme n’importe quel jeu de ce type, Order & Chaos Online démarre bien évidemment avec la sacro-sainte étape de la création du personnage. On commence ainsi par choisir entre les quatre races disponibles. Là encore, si vous connaissez un peu World of Warcraft, vous ne serez pas dépaysés puisqu’on retrouve les humains, les elfes, les orcs et les mort-vivants. En revanche, notez que contrairement au titre de Blizzard, Gameloft n’a pas opter pour les fameuses factions. Les elfes peuvent ainsi côtoyer les mort-vivants, les humains ou les orcs sans aucun problème. Même chose pour la zone de départ qui est commune aux quatre races. Mais le pire, sans doute, c’est que ces différentes races ne semblent pas se distinguer les unes des autres, du moins pas au niveau de leurs caractéristiques. Dommage. Le plus étrange, c’est que sur la fiche du jeu, l’éditeur fait bien allusion à deux camps (ordre et chaos) mais je n’ai pas encore pu en mesurer l’impact dans le jeu.

Une fois la race choisie vient le moment d’opter pour la classe de son personnage. Sans grande surprise, on retrouve le sempiternel guerrier, l’éternel mage, l’habituel chasseur ou encore le banal moine / prêtre. Bon, en même temps, je suppose que Gameloft doit garder quelques poires pour la soif et que des extensions finiront sans doute par voir le jour. Dans ce contexte, on comprend pourquoi l’éditeur n’a pas trop chargé la mule. Toutefois, ce qu’il faut signaler, c’est qu’un arbre des talents vous permettra de personnaliser plus en avant les caractéristiques de votre personnage. Tenez, par exemple, pour le guerrier, on trouve deux branches : la branche offensive et la branche défensive. On peut donc le transformer facilement en barbare ou en tank selon nos envies et selon les attentes de notre guilde.

Mais ce qui pêche vraiment, de mon point de vue, ce sont les options de personnalisation de l’avatar. On peut changer sa coupe de cheveux, la couleur de sa peau ou encore son visage, c’est vrai, mais on ne croule pas forcément sous les possibilités. En gros, il est tout bonnement impossible d’avoir un personnage « unique » dès le départ et le seul moyen de se distinguer de la masse sera de chopper de l’équipement rare.

Le gameplay

Dès les premières minutes du jeu, un tutoriel complet vous prend en main et vous apprendra ainsi à faire sauter votre personnage, bien sûr, mais également à le diriger.Et justement, puisqu’on en parle, il faut savoir que le gameplay du titre de Gameloft est particulièrement bien pensé. De votre main gauche, vous pourrez déplacer votre personnage dans son environnement grâce à un joystick virtuel qui se déplace en fonction du positionnement de vos doigts. C’est bien pensé et franchement très reposant, on peut facilement aligner plusieurs heures de jeu d’affilée sans craindre ni gêne, ni crampe. Mais finalement, c’est bien la main droite qui travaille le plus. En effet, grâce à elle, vous pourrez faire tourner le décors (3D oblige) mais aussi faire appel aux multiples compétences de votre personnage ou encore… le faire sauter.

Ensuite, et bien les quêtes de suivent et ne se ressemblent pas. Bien sûr, on aura droit aux missions type « monster bashing » comme pour n’importe quel jeu de ce genre, mais les PNJ nous demanderont parfois d’explorer certaines régions, de rapporter des ressources (puisées directement dans le décor) ou encore de transmettre des missives à d’autres personnages situés dans des villes lointaines. Le truc vraiment très cool, c’est qu’il est possible d’activer une quête et de faire ainsi apparaître un curseur qui vous donnera la direction à suivre. Aucun risque de se perdre, donc.

Les interactions avec les autres joueurs

Ce qui différencie un bon MMO d’une sombre daube sans nom, ce sont bien évidemment les interactions avec les autres joueurs et tout ce qui peut en découler (échanges amicaux, évènements RP, etc…). Mais ça, évidemment, c’est très difficile à juger en quelques heures de jeu à peine. Cela étant dit, ce que l’on peut dire au sujet de Order & Chaos Online, c’est que le titre propose toutes les options que l’on est en droit d’attendre de ce type de jeu. Il est ainsi possible de créer une guilde, de constituer un groupe, d’ajouter un autre joueur à ses amis afin de le retrouver plus facilement et de dialoguer avec tout le monde en quelques tapes.

Et on peut dire que l’interface est franchement bien pensée. Il suffit ainsi d’appuyer sur un bouton situé tout en bas de l’écran pour faire apparaître la fenêtre de dialogue qui viendra occuper environ un tier de l’écran. De là, il est possible de choisir facilement le canal de discussion, mais aussi d’accéder à tous les gestes intégrés au jeu. On peut ainsi saluer un passant, exprimer sa joie ou encore laisser exploser sa colère très facilement. Alors bon, la plupart du temps, vous vous contenterez de poutrer du mob’, c’est sûr, mais ces options risquent de ravir tous les fondus de roleplay. Notons d’ailleurs qu’un système de duel a aussi été mis en place afin de vous permettre d’affronter d’autres joueurs et qu’il semblerait même que le titre fasse la part belle au PVP, mais je n’ai pas encore pu tester ces fonctions par moi-même donc je ne peux malheureusement pas vous en dire plus.

Reste évidemment la question de la langue. Et là encore, Gameloft a fait les choses en grand. Il faut en effet savoir que trois régions sont disponibles : Europe, Amérique et Asie. Pour chacune de ces dernières, on trouve plusieurs serveurs, bien sûr, mais il faut noter que ces derniers ne sont pas dédiés à un pays en particulier. En gros, donc, si vous optez pour un serveur situé en Europe, vous pourrez rencontrer aussi bien des joueurs parlant le français que des joueurs parlant l’anglais, l’allemand, le portugais ou encore l’espagnol. Forcément, des fois, pour se faire comprendre, ce n’est pas évident mais au moins ça vous fera bosser les langues étrangères, hein.

Et ensuite ?

On pourrait continuer comme ça pendant des heures et des heures tant les possibilités de ce titre sont nombreuses. De toute façon, il faut être bien clair, on ne peut pas juger un MMORPG en quelques heures de jeu. C’est impossible et ce serait très hypocrite de ma part. Ce que je peux vous dire, en revanche, c’est qu’aucun jeu de l’AppStore n’a encore atteint un tel niveau de complexité. Même si Order & Chaos Online doit être un poil moins riche que World of Warcraft (et en même temps, il n’a pas le même âge non plus), il n’en reste pas moins captivant et intense. Et je dois bien l’avouer, je me suis vraiment laissé prendre au jeu.

Enfin, toujours est-il que si vous êtes motivé pour tenter l’aventure, alors vous pouvez me rejoindre sur le serveur « Hall de la Lame » (région Europe). Même que mon personnage principal répond au nom de « Calben » et que ça me ferait drôlement plaisir que l’on se fasse une ou deux quêtes ensemble.