Clicky

OSIRIS-Rex a découvert de l’eau sur Bennu

En 1999, les scientifiques ont repéré un astéroïde qui pourrait représenter un danger futur pour la Terre en raison de sa taille et de sa trajectoire. Baptisé Bennu, le morceau de roche céleste a depuis fait l’objet d’une haute surveillance de la part des chercheurs de la NASA.

Une sonde spatiale a même été envoyée dans l’espace en septembre 2016 dans le but de l’étudier.

Astéroïde

Arrivée à destination il y a tout juste une semaine, la sonde spatiale OSIRIS-REx a déjà fait une découverte exceptionnelle : les capteurs de l’appareil ont repéré de traces d’eau sur les minéraux qui composent l’astéroïde Bennu.

L’agence spatiale américaine a publié les premiers clichés pris par OSIRIS-REx il y a une dizaine de jours, le 2 décembre 2018 plus précisément, dévoilant un spectacle exceptionnel sur la surface accidentée de l’astéroïde.

Des minéraux hydratés

Alors qu’elle orbite à environ 25 kilomètres autour de l’astéroïde Bennu, la sonde spatiale OSIRIS-REx a fait son étonnante découverte pendant qu’elle analysait la surface de l’objet dans le but de déterminer sa composition. Cela a permis d’en savoir un peu plus sur l’astéroïde.

C’est ainsi que les capteurs de la sonde ont découvert que la surface de l’astéroïde est essentiellement composée de minéraux hydratés.

Il s’agit d’une découverte excitante qui suggère que Bennu était autrefois rempli d’eau liquide.

Ramener un échantillon sur Terre

Situé à plusieurs dizaines de millions de kilomètres de la Terre, Bennu est un astéroïde de type « géocroiseur. » Ce terme désigne les corps célestes dont l’orbite croise celle de la Terre et qui pourraient entrer potentiellement en collision avec cette dernière. Dans le cas de Bennu, la NASA estime que les chances qu’elle percute notre planète sont assez importantes.

Avec ses dimensions de 575 mètres de haut pour un poids de 3,4 milliards de tonnes de roches et de glace, la collision entre Bennu et la Terre équivaudrait à l’explosion de 80 000 bombes H.

Dans le but de comprendre voire même d’anticiper une telle catastrophe, il est prévu qu’OSIRIS REx prélève des échantillons de l’astéroïde Bennu d’ici 2022 et les ramène sur Terre en 2023. Les scientifiques pourront ainsi mieux étudier le corps céleste et en savoir davantage sur le rôle des astéroïdes dans l’histoire du Système solaire.